Le maïs, dont le cours se situe au plus haut niveau depuis la mi-mars, a profité des informations sur les conditions de sécheresse en Ukraine et en Russie qui pourraient affecter la récolte, a indiqué Jack Scoville, de Price Futures Group.

Mais, également, dans l’attente du rapport mensuel vendredi de l’administration américaine sur les estimations de production et la demande agricole aux États-Unis et dans le monde (Wasde), « il y a des rumeurs sur la possibilité que l’USDA, le ministère américain de l’Agriculture, révèle des chiffres bas sur le maïs ».

Autre élément poussant le cours à la hausse, des rumeurs circulaient aussi sur les marchés concernant des achats de la céréale par la Chine.

Le blé russe à la hausse

Le blé a, de son côté, progressé après une descente continue ces dernières semaines, « ce dont le marché a pris acte aujourd’hui », a estimé Jack Scoville. « Les prix du blé russe sont à la hausse », a-t-il aussi avancé.

L’Arabie Saoudite a lancé un appel d’offres international pour l’achat de 750 000 tonnes de blé, relevait CHS.

Le soja a, quant à lui, légèrement reculé sous le coup de quelques prises de bénéfices, selon Jack Scoville, à la veille de la publication du rapport américain.

Une commande de 195 000 tonnes de l’oléagineux de la part de la Chine a semblé laisser les investisseurs indifférents « davantage intéressés par les chiffres du rapport » Wasde de vendredi, a encore indiqué Jack Scoville.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a terminé jeudi à 3,6500 dollars, contre 3,6025 (+1,3 %) la veille.

Le boisseau de blé pour livraison en décembre, le plus actif, a fini à 5,4825 dollars, contre 5,4375 à la précédente clôture (+0,82 %).

Le boisseau de soja pour livraison en novembre, le plus échangé, a terminé à 9,7750 dollars, 9,7875 mercredi (–0,12 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

En baisse sur Euronext, les céréales s’inquiètent de la crise sanitaire

Les céréales, blé comme maïs, étaient en net recul mercredi 28 octobre 2020 à la mi-journée, touchées comme l’ensemble des marchés par les inquiétudes liées aux mesures que doit annoncer l’exécutif dans la soirée, pour endiguer la progression de l’épidémie de coronavirus.