On prend les mêmes et on recommence. Les immatriculations de semoirs ont connu des sorts très différents sur la campagne de 2021. Selon les chiffres d’Axema, 560 semoirs à céréales ont été immatriculés, soit une baisse de 26,4 % par rapport à 2020.

 

En revanche, le marché du monograine est en plein essor puisqu’il progresse de 37,5 % en 2021, avec cependant un faible nombre d’unités, 44.

De nombreux modèles ne sont pas immatriculés

Ces chiffres ne concernent que les modèles traînés, qui représentent 10 à 15 % du marché total du semoir. En monograine, cette configuration est encore assez rare, ce qui explique le faible volume. Pour les semoirs en ligne, certains agriculteurs ne prennent pas la peine d’immatriculer leur semoir traîné, en particulier s’il n’est pas amené à prendre la route.

Arrivée de marques très spécialisées

Avec 144 unités immatriculées en 2021, Horsch réalise une part de marché de 23,8 %, loin devant ses dauphins, Sky Agriculture (13,4 %) et Amazone (12,7 %). Maschio (9,9 %), Väderstad (8,4 %) et John Deere (6,8 %) complètent le groupe de tête. Mais derrière ces cadors de la machine agricole, on note la percée de marques moins connues, souvent spécialisées dans le semis direct avec des appareils de grande capacité.

 

Alors qu’il n’avait quasi immatriculé aucune machine ces cinq dernières années, Sly France a vendu 34 semoirs en 2021 et talonne John Deere avec 5,6 % de part de marché. Techmagri (4,6 %), Weaving (2,5 %) et Gil (1,8 %) confirment aussi leur implantation sur le marché des semoirs SD et rapides.