«Les personnes âgées se plaignent peu du manque de plaisir ou de tristesse. Et quand elles le font, l’entourage estime : « C’est normal, elle vieillit. » Les signes d’une pathologie sont également plus difficiles­ à détecter : certains laissent à penser à une maladie neurodégénérative, de type Alzheimer ou Parkinson, d’autres à une origine vasculaire.

Une manifestation anxieuse peut aussi être confondue avec un état dépressif. Une personne anxieuse parvient à demander de l’aide, ce qui n’est pas le cas dans une dépression. Elle craint aussi de tomber malade, dort beaucoup et pour calmer son angoisse, elle prend des médicaments, mange et boit parfois plus d’alcool qu’à son habitude. A contrario, une personne dépressive ne veut pas d’aide. Elle souhaite rester seule et présente des troubles du sommeil, une plainte de mémoire, maigrit, stoppe ses activités… Il faut l’imaginer dans un trou noir. Elle ne veut plus quitter son lit et va parfois jusqu’à rechercher l’obscurité. Stimulée par l’entourage, elle s’efforce de tenir le coup, la journée, pour retourner se coucher, épuisée. La nuit, elle se réveille. Elle peut vouloir mettre fin à ses jours, quand un individu anxieux a peur de la mort. « Secoue-toi. Mange. Tu as besoin de rencontrer du monde », disent les proches. Mais c’est vain et même douloureux pour la personne malade qui nécessite une prise en charge. Pour quelqu’un d’anxieux, en demande de réassurance, c’est au contraire une solution.

L’époux, l’épouse ou les enfants sont souvent les moins bien placés pour aider un malade à sortir de sa dépression. Ils doivent l’accompagner, sans banaliser le syndrome. Un proche neutre ou un soignant seront mieux indiqués pour l’amener à rencontrer un médecin. Face à l’anxiété, une écoute psychothérapique se révélera adaptée. En revanche, face à la dépression, un traitement antidépresseur s’impose pour quitter cet état. Si celui-ci est sans effet au bout d’un mois, une réévaluation est nécessaire avec souvent recours à un spécialiste. »

Propos recueillis par Rosanne Aries

(1) Au CHU de Nantes (Loire-Atlantique).

Plus d’informations : https://www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr