La récente condamnation en première instance de Savencia pour irrégularités sur le prix du lait aurait-elle ramené Lactalis à la raison ? « Le  vendredi 7 octobre, soit un mois après le début officiel de la médiation, l’Unell et  Lactalis sont parvenus à un accord, permettant de solder leur différend sur le prix  du lait de l’année 2022 », annonce l’association d’organisations de producteurs (AOP), dans une lettre à ses adhérents. 

Car depuis la fin de juin, « le groupe Lactalis avait gelé de manière unilatérale l’évolution du prix du lait » à  428,54 € /1000 l, retrace l’Unell. L’accord noué le 7 octobre 2022 vient ainsi « solder » le différend entre l’AOP et l’industriel. Parmi les termes phares de l’accord figure la prise en compte de la formule de prix pour le quatrième trimestre de 2022 (50 % PGC (1) France, 20 % prix allemand, 30 % valorisation beurre-poudre).

« Rattrapage » sur le dernier trimestre

Sur les trois derniers mois de l’année, un « ajustement négatif » de 15,54 €/1000 l par mois sera appliqué, « lié à une négociation sur les surcoûts de transformation du beurre-poudre ». En revanche, il y aura une « évolution significative du prix de revient appliqué dans la formule de prix », souligne l’Unell. Il sera de 400 €/1000 l en octobre et novembre, puis de 440 € en décembre.

Le dernier trimestre fera aussi l’objet d’un « règlement à l’amiable du litige sur les mois du troisième trimestre » entraînant un « un rattrapage de 3 € par mois », précise l’AOP. En moyenne, le prix de base (38/32) s’élèvera à 464,80 €/1000 l en sur les trois derniers mois de l’année. En octobre, les adhérents de l’Unell seront payés 454,31 €/1000 l.

(1) produits de grande consommation.