Marc Fesneau devient le ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire du Gouvernement de Elisabeth Borne, a annoncé Alexis Kholer, le secrétaire général de l’Élysée, ce 20 mai 2022. Depuis 2018, Marc Fesneau était ministre chargé des Relations avec le Parlement et de la Participation citoyenne. De 2017 à 2018, il a été président du groupe Modem à l’Assemblée nationale.

Son nom avait déjà été évoqué pour le poste de ministre de l’Agriculture lors de la nomination des deux derniers locataires de la rue de Varennes, Julien Denormandie et Didier Guillaume. Il a commencé sa carrière politique comme conseiller municipal de la commune rurale de Marchenoir dans le Loir-et-Cher, dont il devient le maire en 2008.

Depuis les élections régionales de 2021, il est conseiller régional du Centre-Val de Loire. Titulaire d’un Deug de sciences de la vie et de la nature et diplômé de Sciences Po, il a travaillé au début de sa carrière professionnelle à la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher.

Amélie de Montchalin remplace Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique. © Twitter Public Sénat

Amélie de Montchalin devient la ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Elle a d’abord été proche de l’UMP avant de rejoindre La République en Marche à la fin de 2016. Elle était, depuis 2020, ministre de la Transformation et de la Fonction publiques.

Agnès Pannier Runachet est nommée ministre de la Transition énergétique dans le gouvernement de Elisabeth Borne. © Twitter Agnrès Pannier-Runacher

Agnès Pannier-Runacher devient ministre de la Transition énergétique. Elle était, depuis 2020, ministre déléguée auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, chargée de l’Industrie. Elle suivait notamment, avec l’ancien ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, les négociations commerciales entre les acteurs de la chaîne agroalimentaire.

Quant à Julien Denormandie, il a annoncé sur Twitter avoir pris une décision personnelle […] mûrie de longue date : celle de pouvoir enfin consacrer du temps à [sa] famille »

Le nouveau ministre attendu sur nombre de chantiers

Les syndicats agricoles n’ont pas tardé à réagir suite à l’annonce de la nomination de Marc Fesneau. Tous mettent en avant les nombreux dossiers qui attendent le nouveau ministre.

« Les agriculteurs attendent des perspectives claires pour jouer leur rôle d’acteur de premier plan de la reconquête de la souveraineté alimentaire et énergétique », fait savoir la FNSEA. Le syndicat demande aussi des réponses immédiates et urgentes concernant les hausses de charges et la sécheresse.

Il se dit volontaire pour aller vers « l’orientation de planification écologique souhaitée par le Président de la République », mais attend de la puissance publique « un accompagnement, fort et pérenne ».

De son côté, JA attend aussi le nouveau ministre de pieds ferme et l’invite déjà à venir à la rencontre de ses adhérents lors de son congrès, le 1er juin prochain. « Le quinquennat s’ouvre sur une course contre la montre », prévient le syndicat qui liste les chantiers sur lesquels le ministre est attendu, avec en priorité une loi d’orientation et d’avenir agricole.

JA souligne également que certains faits d’armes de Julien Denormandie auront marqué son mandat. « Nous félicitons et remercions Julien Denormandie qui aura su être, dans le cadre de son mandat, un interlocuteur exigeant, pragmatique et dédié à la cause des agriculteurs ».

Agriculture et souveraineté alimentaire

La Coordination rurale espère « que Monsieur Fesneau saura porter un projet ambitieux, mais surtout de bon sens pour l’agriculture ». « Les chantiers sont nombreux et c’est bien d’une certaine « dose de courage », selon les mots de son prédécesseur, dont il devra faire preuve », ajoute le syndicat. L’organisation syndicale souligne le statut d’ancien « élu rural » du nouveau ministre et espère que celui-ci lui conférera « clairvoyance et sens pratique dans le dossier sensible du stockage de l’eau ».

La Confédération paysanne se félicite également que le concept de souveraineté alimentaire figure dans l’intitulé du ministère de l’Agriculture, mais veut « un changement de cap ». « Toutes les décisions prises lors du précédent quinquennat l’ont été à rebours de la mise en œuvre de la transition agroécologique et de la souveraineté alimentaire, dont la définition a été largement dévoyée », dénonce le syndicat, qui sollicite d’ores et déjà un rendez-vous avec le nouveau ministre.

Concertation entre les ministères

La Coopération Agricole « salue la complémentarité au cœur du projet quinquennal » et met en avant le fait que c’est la « complémentarité des compétences » de nombre de ministères de ce nouveau Gouvernement, Agriculture, Écologie, Économie, Travail…, « qui permettra, par une action concertée et convergente, de relever le défi de la souveraineté alimentaire tout en assurant la conduite des transitions écologiques ».

Les Chambres d’agriculture (APCA) se félicitent de la nomination de Marc Fesneau. « Sa connaissance du monde agricole et des chambres d’agriculture de par son parcours professionnel, mais aussi de la ruralité et des acteurs du territoire sera un atout pour nous permettre de travailler ensemble à relever les nombreux défis auxquels doit faire face le monde agricole », font-elles savoir.

Marie Salset