« Aujourd’hui [mardi 15 juin 2021] marque une nouvelle ère dans les relations entre le Royaume-Uni et l’Australie », avec un accord de libre-échange qui offre « des possibilités fantastiques pour les entreprises britanniques et les consommateurs », s’enthousiasme le Premier ministre Boris Johnson dans un communiqué de Downing Street.

Il s’agit du premier accord commercial obtenu par Londres à ne pas être simplement un renouvellement ou une adaptation de ceux qui existent entre l’Union européenne et d’autres pays. L’accord veille à protéger les agriculteurs britanniques, qui s’inquiétaient de la concurrence des produits australiens, comme le bœuf et l’agneau, aux normes sanitaires plus souples, assure le communiqué.

À lire aussi : Libre-échange, les viandes européennes menacées par un accord avec l’Océanie (24/11/2020)

Des quotas sur les importations

Est prévue une limite sur les importations sur le sol britannique sans droit de douane pendant 15 ans, par le biais notamment de quotas.

Le gouvernement veut par ailleurs aider les agriculteurs britanniques à trouver d’autres débouchés à l’exportation, dont dans la région indo-pacifique.

Le volet agricole avait créé des tensions jusque dans le gouvernement britannique, entre les ministres du Commerce international et de l’Agriculture.

À lire aussi : Lait, Un accord de libre-échange à risque avec la Nouvelle-Zélande (19/11/2020)

« Nous allons maintenir nos normes élevées »

Avant l’annonce de l’accord, Michael Gove, ministre britannique chargé de coordonner l’action gouvernementale, avait cherché à rassurer le monde agricole. « La majorité des produits australiens vont en Asie, c’est leur marché le plus proche » et « la proportion de viande australienne qui est susceptible d’arriver au Royaume-Uni va être une assez petite partie de leur production globale », a-t-il souligné sur la BBC.

« Nous allons maintenir nos normes élevées en ce qui concerne des choses comme le bœuf aux hormones et le poulet au chlore », a-t-il ajouté, à l’adresse des consommateurs.

À lire aussi : Importations, front commun pour la réciprocité des normes (29/03/2021)

Fin des droits de douane

Au-delà du commerce, les deux pays veulent coopérer davantage sur la sécurité, le changement climatique ou la technologie. Le dirigeant britannique s’est entendu sur les grandes lignes avec son homologue australien Scott Morrison lundi 14 juin au soir à Londres. L’accord devrait être publié dans les prochains jours et devra ensuite être signé.

Il permettra à tous les biens britanniques d’entrer en Australie sans droit de douane, et profitera au secteur automobile, au whisky écossais, aux biscuits et aux céramiques.

Les échanges commerciaux entre les deux pays représentaient 13,9 milliards de livres en 2020, année marquée par la pandémie. Ce montant devrait grandir désormais, assure Londres. Le Royaume-Uni était en outre en 2019 le cinquième partenaire commercial de l’Australie.

Avec l’AFP