Le 28 mai 2021, la stratégie de l’Union européenne en faveur de la biodiversité a été adoptée par les députés européens en commission de l’environnement. Dans un communiqué, ils saluent un texte qui « vise à garantir de façon adéquate, d’ici à 2050, la restauration, la résilience et la protection des écosystèmes mondiaux ». Les députés estiment nécessaire la mise en place d’une loi incluant les objectifs contraignants de cette stratégie. Pourtant, les représentants des agriculteurs ne partagent pas cet enthousiasme.

> À lire aussi : Pacte vert, une décennie de défis à relever pour l’Europe agricole (20/05/2020)

« Objectifs irréalistes »

Le Copa-Cogeca, syndicat qui représente agriculteurs et coopératives européens, regrette dans un communiqué du même jour : « Une fois encore, l’agriculture et la sylviculture sont au cœur d’une stratégie européenne et, une fois encore, nous avons devant nous des objectifs irréalistes, totalement déconnectés des réalités sur le terrain. » Ils se disent « très inquiets de cette approche dogmatique », qui ne propose que « très peu d’options concrètes aux agriculteurs et États membres ».

Pekka Pesonen, secrétaire général du Copa-Cogeca, estime que la notion de durabilité a été redéfinie, en « donnant la priorité à la composante environnementale, éclipsant ainsi les aspects économiques et sociaux. »

> À lire aussi : Pacte vert, les stratégies Farm to fork et en faveur de la biodiversité ne convainquent guère (22/05/2020)

« Toutefois, nous rejoignons deux points dans la proposition du rapporteur, César Luena, précise le Copa-Cogeca. Il est nécessaire de mener une analyse d’impact globale de la stratégie en faveur de la biodiversité dans son ensemble. Nous approuvons également certains des principes au sujet du commerce international. »

L’examen de la stratégie par le Parlement européen dans son ensemble est prévu lors de la session du 7 au 10 juin 2021.

Hélène Parisot