Le ministre allemand de l’Agriculture, Cem Özdemir, a réclamé, lors d’un sommet sur l’agriculture et la pêche le mardi 24 mai 2022 à Bruxelles, le report d’une règle européenne prévoyant la rotation des cultures, afin de permettre aux agriculteurs de cultiver plus de blé pour faire face aux conséquences de la guerre en Ukraine. Depuis quelques semaines, d’autres États demandent un tel report.

L’invasion russe de l’Ukraine a provoqué une crise d’approvisionnement et une flambée des prix du blé, les deux pays assurant à eux seuls 30 % du commerce mondial de cette céréale.

Censée entrer en vigueur en janvier 2023, la règle de rotation des cultures est l’une des conditions prévues pour qu’un agriculteur puisse recevoir des aides directes dans le cadre de la nouvelle politique agricole commune.

> À lire aussi : Pac 2023-2027 : le projet de réponse de Paris aux observations de Bruxelles (18/05/2022)

La guerre en Ukraine est une situation exceptionnelle

Cem Özdemir (Verts) a demandé à la Commission européenne de repousser à 2024 l’application de cette règle, et exposé cette proposition lors d’une réunion des ministres européens de l’Agriculture. « Nous avons à gérer une situation exceptionnelle ici, et je pense que cela nous aidera que nos agriculteurs puissent faire pousser du blé à nouveau, afin de soulager le marché », a-t-il expliqué.

Si le « haut niveau d’autosuffisance en Allemagne, mais aussi dans toute l’Union européenne, permet de garantir la sécurité alimentaire en Europe », ce n’est pas le cas ailleurs et « nous avons une responsabilité envers le reste du monde », a-t-il dit. Il a dénoncé la « guerre du blé » menée par le président russe Vladimir Poutine, qui « utilise la faim comme une arme ».

> À écouter : Notre podcast Les Experts Agricoles : Que deviendront les aides agricoles avec la Pac 2023 ?

AFP