« Le 21 février, nous organisons une journée d’action nationale de la FNSEA et JA, en direction des préfectures », annonce Christiane Lambert, la présidente de la FNSEA, lors d’une conférence de presse, ce 19 février. Les deux syndicats souhaitent alerter le gouvernement sur leurs inquiétudes concernant les accords commerciaux internationaux du Mercosur.

Macron attendu au salon

La visite d’Emmanuel Macron au Salon international de l’agriculture est prévue le jour de l’ouverture, le 24 février. Le président est attendu par le syndicat sur un certain nombre de thématiques dont celles des accords commerciaux avec les pays du Mercosur. « Le président affiche une volonté d’ouverture des frontières et on demande aux agriculteurs une montée en gamme sur leurs produits alors que les produits importés n’ont pas les mêmes exigences. Ils ne comprennent pas la logique du gouvernement », explique Henri Bies-Péré, vice-président du syndicat.

Le revenu des agriculteurs est aussi au cœur des préoccupations. « La loi proposée suite aux États-généraux de l’alimentation (EGA) est incomplète et nous souhaitons l’améliorer par des amendements », déclare Christiane Lambert.

Autre question brûlante de l’actualité : la carte des zones défavorisées. « Globalement, environ 5 000 agriculteurs entrent dans le zonage mais 1 400 communes vont sortir et les agriculteurs concernés sont inquiets quant aux solutions qui seront apportées », indique la présidente de la FNSEA.

« L’an dernier, il était candidat, maintenant il est aux commandes. Le Salon de l’agriculture sera l’occasion d’une rencontre avec le président, a affirmé Christiane Lambert. J’espère un moment d’échange et de discours très direct. »

Marie Salset