Pas moins de 114 communes italiennes sont désormais placées en « zone infectée » par la peste porcine africaine (PPA), informe la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), dans son bulletin de veille sanitaire hebdomadaire publié le 25 janvier 2022.

Car depuis son apparition chez un sanglier le 5 janvier dernier à Ovada, dans le Piémont, le virus poursuit sa progression. « Treize autres sangliers infectés — dont huit entre le 17 et le 23 janvier 2022 — ont depuis été détectés à la frontière entre le Piémont (province d’Alexandrie) et la Ligurie (province de Gênes), dans une région montagneuse à forte densité de sangliers (voir la carte ci-dessous) », précise la Plateforme ESA.

Plateforme ESA

Dépeuplement d’élevages envisagé

Dans les communes situées à l’intérieur de la zone infectée, la chasse est interdite. Cette mesure est également étendue aux régions voisines. Les recherches de cadavres de sangliers sont réalisées « principalement à la frontière de la zone infectée et dans les zones à haut risque des régions voisines ».

Pour les élevages situés dans cette zone infectée, des contrôles de surveillance et de respect des règles de biosécurité sont mis en œuvre. « Le dépeuplement des élevages à risque et des basses-cours dans la zone infectée est envisagé », indique la Plateforme ESA.

> À lire aussi : Les sangliers porteurs d’une nouvelle bactérie transmissible aux porcs (13/01/2022)

Zone d’observation en France

Aussi, les autorités italiennes prévoient de « renforcer la surveillance dans la faune sauvage conjointement avec les forces de police, les gardes forestiers, les organisations de chasseurs, et dans les établissements commerciaux (signalisation et biosécurité). »

Du côté français, une zone d’observation de la PPA, constituée par les départements des Alpes-de-Haute-Provence, des Hautes-Alpes et des Alpes maritimes a été établie, indique la DGAL (1), dans une instruction publiée le 20 janvier 2022. Y sera appliquée une surveillance de « niveau 2B », spécifique aux « zones limitrophes d’une zone infectée ».

> À lire aussi : Observatoire des marchés : pas d’embellie en porc (19/01/2022)

Vincent Guyot

(1) Direction générale de l’alimentation. Elle dépend du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.