« Dans un contexte difficile pour les filières agricoles subissant des hausses de coûts de production, Aldi France s’engage pour une meilleure rémunération des éleveurs laitiers, à hauteur de 370 €/1 000 litres prix de base, soit 385 €/1 000 litres toutes primes confondues », a annoncé le distributeur le 1er avril 2021.

Cette annonce s’inscrit dans « l’esprit de la loi Egalim » et répond « aux recommandations issues du rapport de Serge Papin remis au gouvernement me 25 mars dernier », estime l’enseigne.

105 millions de litres de lait

L’engagement courre sur 3 ans et concerne 105 millions de litres de lait sans OGM, livrés par la laiterie Saint-Denis-de-l’Hôtel (LSDH) et la coopérative Sodiaal. Ce litrage représente 85 % des références de lait sous marques de distributeur (MDD) proposées chez Aldi. Pour l’heure, le lait bio n’est pas concerné.

En dehors des marques « C’est qui le patron ? ! » et « FaireFrance », « Aldi France ne propose que des produits laitiers sous MDD, précise Jean-Marie Malbranke, directeur général adjoint de l’enseigne, lors d’un point de presse organisé le 31 mars 2021. L’effet de cet accord est donc structurant pour la filière laitière. »

Deux accords, un même niveau de rémunération

En ce qui concerne LSDH, fournissant 30 des 105 millions de litres de lait, un accord tripartite impliquant l’Association des producteurs de lait du bassin centre (APLBC) a été signé le 1er avril 2021.

« L’intérêt d’une convention tripartite est d’avoir une vision globale sur la filière, et de connaître précisément le niveau de rémunération des éleveurs », souligne Jean-Marie Malbranke.

Cet engagement sera suivi, « dans les prochains jours », par la signature d’un accord similaire avec Sodiaal (bipartite), sur les 75 millions de litres de lait restants.

Alexandra Courty