La crise des matières premières n’en finit pas de mettre à mal les trésoreries. « Si le prix du lait payé aux producteurs n’est pas à la hauteur de ces hausses de charges, certains agriculteurs cesseront leur activité », prévient Jeunes Agriculteurs (JA) de Bretagne, dans un communiqué diffusé ce 5 juillet 2022.

Collecte en berne

Dans la région, « la baisse de production de lait est déjà bien amorcée. » D’après l’enquête mensuelle laitière de FranceAgriMer, la collecte bretonne a reculé de 0,5 % sur un an en 2021 et accuse un retard de 1 % sur le premier quadrimestre de 2022.

À lire aussi : La collecte laitière continue de baisser (20/06/2022)

« Les conséquences sont directes sur l’économie du territoire et plus globalement sur l’objectif de souveraineté alimentaire », soulignent JA, pour qui le contexte n’est malheureusement pas propice au rebond de la production ou au renouvellement générationnel.

Des négociations attendues au tournant

La réouverture des négociations commerciales avec la grande distribution, ayant pour but « d’éviter aux producteurs d’encaisser l’ensemble des surcoûts liés à la guerre », ne remplit pas les attentes du syndicat.

« Force est de constater que la révision des contrats signés au début de l’année n’est pas satisfaisante ! », scande le syndicat. Sans sursaut de la part des « acteurs de la négociation », JA Bretagne laisse planer le spectre de « pénuries de produits laitiers en magasin. »

Alexandra Courty