Alors que les quatre séries de 2020-2021 ont été entièrement vendues en ligne, « les équipes du pôle de Lanaud espèrent pouvoir à nouveau recevoir les éleveurs dans les gradins pour la prochaine campagne. Idéalement, vente physique et vente virtuelle seront associées afin de pouvoir répondre aussi bien aux attentes des éleveurs français qu’aux éleveurs étrangers », rapporte Interlim dans un communiqué diffusé le vendredi 18 juin 2021.

> À lire aussi : Ventes aux enchères, un taureau limousin adjugé 17 100 € à Lanaud (23/03/2021)

Le format en ligne a favorisé la participation des acheteurs étrangers tout au long de cette campagne. Sur les 71 taureaux « espoirs » mis en vente, 27 veaux ont été vendus à l’exportation. Près d’un tiers des mâles RJ ainsi que 9 génisses sur 10 ont également été adjugés à des éleveurs étrangers, témoignant de leur « très forte implication ».

71 mâles « espoirs » à la vente

Comme à l’accoutumée, la vente des jeunes mâles « espoirs » de race limousine a ouvert le bal, le mercredi 16 juin 2021. 58 d’entre eux ont trouvé acquéreur, soit un taux de vente satisfaisant de 82 %.

La moyenne d’enchères s’est établie à 3 015 €. Le prix record de la vente revient à Roitelet, né au Gaec Lebourg dans la Creuse, et acheté en copropriété par l’EARL Grandidier et le Gaec Harle (Moselle) pour la somme de 5 500 €.

Roitelet, fils de Nestoriu RJ sur Henriette TA PS, est un taureau volumineux, avec un dos tendu, large et épais, un bassin très ouvert et de bonnes qualités de race. © Interlim

Autre belle enchère pour Raki, fils de Haled RRE VS sur Himalaya TA PS, né au Gaec Thibaud (Haute-Vienne), et acheté 5 200 € par l’Élevage Minder (Suisse). « Ce taureau est de type mixte, très profond, avec une bonne longueur de corps et de bassin. Il a également une cuisse longue, large et descendue, ainsi qu’une très bonne finesse d’os », commente Interlim.

49 mâles « RJ » aux enchères

À l’occasion de la dernière vente RJ, 96 % des taureaux mis aux enchères ont trouvé acquéreur à une « moyenne très satisfaisante » de 5 060 €. Le top price de la vente a été décroché par Real, né au Gaec Thibaud (Haute-Vienne). Ce dernier a été acheté 14 600 € par l’Élevage Minder (Suisse).

Trois autres animaux passent la barre symbolique des 10 000 € :

  • Radius, né au Gaec Ménard (Loire-Atlantique), et vendu 10 900 € en copropriété à Jean-Martin Mairel et au Gaec de Hicourt (Meurthe-et-Moselle). « Ce fils de Lancelot TA PS (Bananier RR VS) sur Margarita RRE est très complet et élégant, il est long et tendu de dos. Son bassin est très ouvert, avec une cuisse longue et rebondie », décrit Interlim ;
  • Ramos, né à l’EARL de la Borie (Corrèze), a été adjugé à Giovanni Leonessi (Italie) pour la somme de 10 500 €. Fils de Ideo TA PS sur Laila TA PS, Ramos est un veau de type mixte très complet. Il est épais et large dans son dessus et son arrière-main, avec un très bon bassin ;
  • Rubis, né chez Didier Blondy (Haute-Vienne), a été vendu à 10 200 € à un client portugais Soc. Agr. Quinta do Bonflorido Lda. Fils de Lover RRE VS (origines Neuf RRE M) sur Harpette RRE, ce taureau est volumineux, puissant et très épais dans son dos et dans son arrière-main.

100 % des génisses ont trouvé acquéreur

À l’issue de la vente des RJ, ce sont les « génisses de Lanaud » qui ont fait leur entrée sur le ring pour la cinquième édition. La totalité du lot, composé de dix génisses, a trouvé preneur, pour une moyenne de prix à 3 900 €. Ce résultat illustre « une très nette hausse par rapport à 2020 », dont la moyenne s’établissait à 3 475 €.

Le prix record de cette vente revient à Philippine, née à l’élevage Rolland dans les Côtes-d’Armor, et vendue 4 900 € à la Soc. Agr. Quinta do Bonflorido Lda, au Portugal.

Philippine, fille de Maestro MN espoir, est « une génisse volumineuse et puissante avec une rectitude parfaite, de la finesse d’os, de très bonnes qualités de race et un bassin très ouvert. Du côté de la génomique, elle bénéficie du label Vêlage + pour son « aptitude au vêlage », indique Interlim. © Interlim

Deux autres génisses ont passé ou égalé la barre des 4 500 € :

  • Pelote, issue de l’EARL de Rieux Martin (Charente), adjugée 4 800 € à la Soc. Agr. Quinta do Bonflorido Lda (Portugal). Cette génisse, tirant ses origines de Jura RR VS, est « de type mixte, blonde et harmonieuse. Elle est profonde, avec une très bonne rectitude et de la finesse d’os », décrit Interlim ;
  • Pamela, née chez Régis Lequeux (Indre), a été achetée 4 500 € par PA & PM Earley, basé en Angleterre. Fille de Marin HDL RJ, « cette jeune femelle est blonde et harmonieuse et possède d’excellentes épaisseurs musculaires dans son dos et son arrière-main. »
Lucie Pouchard
Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Commerce contrasté

Si les échanges sont calmes concernant les femelles allaitantes, ils sont plus fluides s’agissant des vaches laitières de réforme.