À partir du samedi 24 avril 2021, et pendant au minimum deux semaines, les ouvriers des abattoirs et des entreprises de transformation de viandes pourront bénéficier « de créneaux dédiés dans les centres de vaccination identifiés par les agences régionales de santé (ARS) ». C’est ce qu’a indiqué le ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion dans un communiqué du 20 avril 2021.

> À lire aussi : Covid-19, limiter les contaminations dans les abattoirs (06/07/2020)

En tout, ce sont une vingtaine de métiers qui ont été identifiés comme prioritaires pour la vaccination sur la base des critères suivants :

  • Des professions dont la nature des activités les amène à être potentiellement en contact avec le virus, par exemple en raison d’interactions avec le public ;
  • Un fort taux de présence sur site pendant les pics de l’épidémie, en raison d’une impossibilité à avoir recours au télétravail pour ces professions ;
  • Un exercice en ans le fait d’exercer en milieu clos ;
  • Une activité qui rend difficile le respect des gestes barrières ;
  • Une profession identifiée comme à risque par l’étude de l’Institut Pasteur.

Des conditions de travail favorables aux contaminations

Dès mai 2020, des clusters de Covid-19 avaient été identifiés dans des abattoirs en France et à l’étranger. La filière avait alors été perturbée par des fermetures. Les conditions de travail sont en effet favorables à la propagation du virus.

Le ministère précise que la liste des centres proposant les créneaux dédiés sera disponible sur les sites des ARS. Il faudra présenter un justificatif pour avoir accès à ces créneaux :

  • Pour les salariés une déclaration sur l’honneur ou un bulletin de salaire ;
  • Pour les travailleurs indépendants (ex. : chauffeurs de taxi) une déclaration sur l’honneur ou la carte professionnelle.

> À lire aussi : Abattoirs, les experts suggèrent un « dépistage systématique » du Covid-19 (06/08/2020)

Marie-Astrid Batut