C’est un drôle de cadeau que recevra prochainement Grégory Doucet, maire de Lyon. En réaction aux menus sans viande instaurés dans les cantines lyonnaises, Jean-Pierre Taite, maire de Feurs (Loire), a décidé d’offrir à son homologue lyonnais une belle charolaise, raconte à La France Agricole Hervé Maitre, directeur de cabinet de la mairie de Feurs, chargé de mission pour l’agriculture à la Région Auvergne-Rhône-Alpes et commissaire général de la foire-exposition de Feurs.

Dans cette petite ville de la Loire, le comice agricole est une institution. Un rendez-vous, trois semaines avant Pâques, depuis presque 140 ans. L’occasion parfaite d’y acheter, samedi 13 mars 2021, une charolaise primée pour en offrir la viande au maire lyonnais.

> À lire aussi : Cantines scolaires à Lyon, les opposants au menu sans viande sont déboutés (15/03/2021)

Un cadeau après la rentrée ?

L’heureuse élue n’a pas été choisie au hasard : premier prix dans la catégorie « animaux de boucherie », deuxième dans la catégorie prix d’honneur. Mais « ce n’est pas juste la vache qui a été choisie, c’est aussi son éleveur », explique Hervé Maitre. L’agriculteur, qui travaille dans la commune voisine, répond parfaitement au critère de localité.

L’animal est d’abord retourné dans son élevage, où il y sera maintenu en l’état, le temps que l’opération s’organise : « On veut que cette viande de qualité soit travaillée par des jeunes en formation. On a les meilleurs animaux du territoire et de la race. Il fallait aller jusqu’à l’aval et valoriser ces jeunes qui, demain, seront artisans bouchers, ou qui travailleront dans les métiers de la restauration », poursuit-il.

« Puis on ira faire manger cette viande. Au maire, aux enfants ? On ne sait pas encore. On peut raisonnablement penser que l’abattage aura lieu pendant les vacances de Pâques. Il faudra ensuite le temps que la viande soit travaillée par les bouchers, puis maturée. »

L’opération a suscité beaucoup d’intérêt

L’idée peut sembler originale. Elle a en tout cas plu à beaucoup d’acteurs de la filière. « Certains nous appellent pour proposer leur aide. Ils sont très contents de voir se mettre en place de telles actions qui les valorisent. Ils nous remercient, ils sont fiers qu’on parle d’eux de cette façon », témoigne Hervé Maitre.

À travers cette action, Jean-Pierre Taite « se bat contre les extrémistes, décrypte-il. Pour lui, peu importe qu’on ne mange pas ou peu de viande. Mais que chacun ait le droit de choisir, et d’en manger comme il l’entend. »

Lyon prépare le retour de la viande

« À cette heure, il n’y a pas encore eu de réactions de la part de la ville de Lyon », constate Hervé Maitre. Mais selon ses informations, elle se serait rapprochée de l’Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes, Interbev, pour mettre en place, au retour des vacances scolaires de Pâques, un approvisionnement en viande de qualité : locale, sous label rouge, ou bio.

Raphaëlle Borget