Selon l’observatoire Céré’Obs de FranceAgriMer sur l’état des cultures, au 26 avril, 81 % du blé tendre était dans des conditions jugées « bonnes, voire très bonnes », contre 85 % la semaine précédente. Même constat pour l’orge, dont les parcelles sont jugées bonnes à très bonnes à 77 % (–4 points sur une semaine), pour le blé dur à 69 % (–8 points) et l’orge de printemps à 82 % (–5 points).

Les gelées matinales ont perduré sur certaines régions comme en Bretagne.

Tandis que les dégâts se précisent.

En attendant la pluie

Après le gel, c’est la sécheresse qui inquiète. « Sur les mois de mars et avril, les cumuls sont déficitaires sur pratiquement l’ensemble du pays, particulièrement sur une vaste partie du Sud-Ouest », indique Météo-France le 27 avril.

Les réserves en eau des sols sont au plus bas.

L’équipe d’Arvalis dans la Région Centre rappelle que les stades critiques de grande sensibilité au stress hydrique démarrent à dernière feuille pointante, stade attendu à la fin du mois d’avril dans le secteur.

Selon FranceAgriMer, l’épiaison avait débuté, le 26 avril, pour 2 % du blé tendre, 6 % de l’orge d’hiver, et 7 % du blé dur.

La pluie a fait un retour bienvenu la semaine dernière, pour le bonheur de certains.

Quand d’autres l’attendent encore.

74 % du maïs semé

Outre les cultures d’automne, le manque de pluie perturbe aussi les semis de maïs.

Selon le bulletin Céré’Obs, le 26 avril, 74 % des parcelles prévues en maïs étaient semées, et 16 % étaient levées.

Et certains se régalent.

Justine Papin