Ça baigne, au sens premier du terme. Avec une pluviométrie plus qu’excédentaire ces derniers temps (voir encadré ci-dessous), la plaine ressemble plus à une rizière qu’à autre chose. Et notamment à l’ouest du pays, la zone la plus touchée. Or, les cultures n’apprécient pas ces situations hydromorphes. On peut donc légitimement penser que leur potentiel est, par endroit, déjà entamé...
Contenu réservé aux abonnés de La France Agricole
pour vous connecter et poursuivre la lecture
9%

Vous avez parcouru 9% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant d’1 mois de découverte à La France Agricole
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez les 2 newsletters
  • > Recevez 4 numéros chez vous
J'en profite !