« Un répit de courte durée ». C’est ainsi que Météo-France qualifiait le début du mois, avant d’annoncer le retour des orages le week-end du 3 juillet 2021.

Ce répit aura suffi pour sortir les moissonneuses dans plusieurs régions :

Avec une impression de course contre la montre :

FranceAgriMer a d’ailleurs revu à la baisse les conditions de cultures des céréales dans son dernier bulletin Céré’Obs, publié le 2 juillet 2021 : 74 % de l’orge d’hiver était considérée en état « bon à très bon » (–1 point sur une semaine), 66 % du blé dur (–1 point) et 83 % de l’orge de printemps (–1 point également).

2 % de l’orge d’hiver récoltée

Selon Céré’Obs, la moisson de l’orge d’hiver s’est un peu poursuivie dans la semaine du 22 au 28 juin 2021, avec 2 % des surfaces récoltées. En 2020, à la même date, 36 % de l’orge d’hiver avait déjà été ramassée.

Avancement de la récolte d’orge d’hiver au 28 juin, d’après les données de FranceAgriMer © La France Agricole

Les chantiers de récolte se sont concentrés sur cinq régions durant cette semaine, selon FranceAgriMer : Aquitaine, Poitou-Charentes, Midi-Pyrénées, Pays de la Loire et Centre-Val de Loire.

Le poids spécifique (PS) est parfois décevant, comme ici en Vendée :

Top départ pour le blé dur et le colza

La récolte du blé dur a également été entamée, avec 1 % des surfaces moissonnées au 28 juin, indique FranceAgriMer. C’est en Paca que les chantiers étaient les plus avancés, à hauteur de 10 %. Ils l’étaient à 2 % dans les Pays de la Loire et à 1 % dans le Rhône-Alpes et le Languedoc-Roussillon.

Fenêtre météo favorable : la moisson du colza peut commencer.

Ici, elle s’est déroulée « en bonne compagnie » :

S’armer de patience

Pour les autres, il faudra encore attendre :

Autant en profiter pour nettoyer les bâtiments de stockage. Le stagiaire aura de quoi s’occuper :

Maïs : des dégâts de grêle

Les orages et la grêle n’ont pas épargné le maïs. « Après un épisode de grêle, le pronostic sur maïs dépend de plusieurs facteurs : le stade des plantes, si la grêle est accompagnée ou non d’eau, la présence de vent tourbillonnaire ou non, l’orientation des grêlons et celle des rangs de maïs par rapport à la grêle, la taille des grêlons », informe Arvalis dans une note le 1er juillet 2021.

« Dans tous les cas, le bon pronostic ne peut être fait immédiatement : il faut attendre plusieurs jours pour estimer réellement les impacts sur le devenir de la culture, indique l’institut technique. Souvent une culture grêlée est encore capable de développer un potentiel correct. Le ressemis de maïs ne doit s’envisager que pour des parcelles dont la densité aurait été réduite de plus de 60 %, soit en dessous de 40 000 plantes pour des variétés précoces. »

Le maïs a cependant bien profité des pluies :

Selon Céré’Obs, au 28 juin 2021, 99 % du maïs grain avait atteint le stade des 6-8 feuilles visibles, avec un retard de 5 jours, comparativement à la moyenne des cinq dernières années.

Justine Papin

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Blé et maïs en repli, les marchés reprennent leur souffle

Les prix du blé étaient en baisse lundi 20 septembre 2021 après-midi sur le marché européen, dans un contexte de repli sur le marché américain.