Les récoltes se sont poursuivies la semaine dernière, ou ont parfois réellement commencé, selon les échos de certains opérateurs.

Après des épisodes pluvieux localement très importants (jusqu’à 200 mm en quelques jours en Franche-Comté par exemple), le soleil est (enfin) revenu durant la semaine du 20 juillet 2021. Il s’est à nouveau dissipé durant le week-end du 24 et 25 juillet 2021 laissant parfois place à de violents orages.

> Voir aussi : votre météo personnalisée

Pour une fois, on était content d’écourter son week-end :

Craintes face au retour des pluies

« Il nous faudrait trois semaines de tir, mais le retour des pluies est annoncé à la fin de la semaine. Tout le monde va se précipiter », nous confiait une coopérative de l’Île-de-France le lundi 19 juillet 2021.

Les agriculteurs étaient en effet sur le pied de guerre pour rentrer un maximum de grains avant que la météo ne se dégrade.

Grosse journée attendue également au silo :

Certaines parcelles sont toutefois encore trop humides pour permettre aux engins de pénétrer :

75 % de l’orge d’hiver récolté

Selon les dernières données de FranceAgriMer, publiées le 23 juillet dans son observatoire Céré’Obs, 75 % de l’orge d’hiver était moissonnée le 19 juillet 2021, avec des disparités régionales (voir la carte).

Carte de l’avancement de la récolte d’orge d’hiver au 19 juillet 2021, selon les chiffres de FranceAgriMer. © La France Agricole

En plus de retarder la moisson (en 2020, la récolte de l’orge d’hiver était complétée à 98 % en moyenne), les précipitations importantes ont entraîné des problèmes de qualité, avec des cas de grains germés sur pieds, en Champagne-Ardenne par exemple.

Au 19 juillet 2021, 12 % de l’orge de printemps était ramassée, selon Céré’Obs (34 % en 2020).

Une moisson de 2021 décidément très fatigante :

La moisson du blé peu avancée

« C’est le tout début du blé tendre : on a reçu 10 000 t de blé pour l’instant, alors qu’on en attend 500 000 tonnes », rapporte un opérateur en Picardie, le 19 juillet. À cette date, 14 % du blé tendre était moissonné, indique FranceAgriMer (67 % en 2020).

Avancement de la récolte de blé tendre au 19 juillet, d’après les données de FranceAgriMer. © La France Agricole

« La pluie a deux inconvénients : des parcelles versées depuis trois semaines qui ne sont toujours pas récoltées, et un impact sur le rendement et les PS », nous expliquait un autre opérateur de l’Île-de-France, où 20 % des parcelles de blés sont versées dans son secteur, estime-t-il.

Du côté du blé dur, 64 % de la récolte était effectuée, rapporte Céré’Obs (75 % en 2020).

Et parfois, la moisson apporte aussi son lot de rencontres :

Justine Papin

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé en hausse sur Euronext dans un marché tendu

Les prix du blé étaient en hausse ce mercredi 22 septembre 2021 à la mi-journée sur le marché européen. Le contexte mondial reste tendu en dépit des bons chiffres d’exportation européens.