Si les prévisions se confirment, le Brésil produirait 248 millions de tonnes de céréales et d’oléagineux en 2019-2020, la meilleure récolte de son histoire devant celle de 2018-2019. Cette dernière s’élevait à 242,1 millions de tonnes, selon les estimations mensuelles de la Compagnie nationale d’approvisionnement (Conab), publiés ce mercredi 8 janvier 2020.

Des surfaces stables

Ces nouvelles estimations dépassent de 1,4 million de tonnes celles présentées en décembre. La surface affectée aux céréales et oléagineux resterait stable par rapport aux dernières prévisions, atteignant 64,2 millions d’hectares (+1,5 % par rapport à l’an dernier), un niveau record qui s’explique surtout par la progression du soja, pointe l’organisme gouvernemental.

« Les conditions climatiques, qui ont présenté une certaine instabilité au début du semis d’été dans presque toutes les régions productrices, se normalisent désormais », indique par ailleurs la Conab, qui prévoit des rendements « de manière générale supérieurs à celui de la dernière récolte ».

Production record de soja

Le soja, le maïs, le riz et le coton représentent 95 % de la production totale. La récolte de soja devrait atteindre 122,2 millions de tonnes (+6,3 %) et dépasser le record de 2017-2018, qui s’était élevé à 119,3 millions de tonnes. La production de maïs devrait, quant à elle, baisser de 1,3 %, à 98,7 millions de tonnes.

Le maïs obtenu en deuxième récolte, qui représente 72 % de la production totale au Brésil, est normalement planté en janvier, après la récolte de soja. Mais « le retard du semis de soja dans tout le pays », en raison de pluies tardives, pourrait repousser la récolte à février et « réduire » ainsi « la fenêtre de semis favorable au maïs de deuxième récolte ».

Le Brésil est le troisième producteur mondial de maïs et le deuxième producteur de soja derrière les États-Unis. Il pourrait dépasser le géant américain, qui prévoyait en décembre une baisse de sa récolte d’oléagineux, selon les données du département américain de l’Agriculture (USDA).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé à l’équilibre, entre hausse de l’euro et baisse des récoltes

Les prix du blé étaient stables, mercredi à la mi-journée, pris en étau entre la hausse de l’euro et la baisse des rendements.