Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Public Sénat touche du doigt la complexité de se passer du glyphosate

réservé aux abonnés

Média grand public - Public Sénat touche du doigt la complexité de se passer du glyphosate
Remplissage d’un pulvérisateur pour épandage de glyphosate. © Caméra One Télévision

La chaîne d’information Public Sénat diffusera un documentaire nommé « La Beauce, le glyphosate et moi » le 23 janvier 2021 à 21 heures. Contrairement aux émissions précédentes sur le même thème, la chaîne parlementaire a pris en compte la complexité du dossier et la subtilité des raisonnements.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 2 commentaires
DANIEL LECONTE

Pratiquement la seule alternative au glyphosate c'est le travail du sol qui, contrairement à ce que les mouvances écolo et bio admettent, détruit les lombrics.
En prairies intensives on a comptabilisé 250g de lombrics/m² alors qu'en terres de cultures il en subsiste moins de 50g/m², parfois 10g/m² sur des maîs en Bretagne.
Quand on resème des prairies temporaires tous les cinq ans après labour on diminue les lombrics de moitié à 130g/m² (extermination des lombrics : site www.danslaprairiedupin.com).
Pour reconstituer les populations de lombrics (les anéciques, gros vers noirs des pêcheurs) Céline Pelosi (INRA - AgroParisTech) a démontré dans sa thèse de 2008 qu'en 10 ans les populations de lombrics passent de 18 anéciques/m² en labour conventionnel, à 32 en labour bio, pour atteindre 107 en semis direct avec couverture permanente du sol, tout en utilisant des herbicides et fongicides, mais sans insecticides.
Peu de publications font état du rôle favorable des lombrics pour aérer le sol, incorporer la matière organique et activer sa minéralisation, améliorer la circulation de l'eau et limiter le ruisellement, favoriser la vie microbienne etc...
Les parlementaires et dirigeants politiques nationaux contactés depuis un an n'ont jamais répondu à ces demandes
pour conserver le glyphosate, et sauvegarder ainsi les lombrics et la fertilité des sols de culture.
Daniel LECONTE - Ingénieur de recherche honoraire à l'INRA

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
GILBERT LIENARD

IL serait indispensable aussi de rappeler que le glyphosate existe aux USA depuis 1973 - si ma mémoire est bonne ( à vérifier, SVP ); et s'il avait provoqué des morts ou autres "maladies" , cela serait "proclamé" par tous ??? Vous avez raison de rappeler sans cesse l’intérêt des techniques de "conservation " des sols, pour lesquelles le glyphosate est nécessaire....

Signaler le commentaire :

Signaler un abus
En direct
Afficher toutes les actualités


Hors Série - Eau et Irrigation - réponses à ceux qui veulent couper les vannes

Dans la même rubrique

Nos dernières vidéos

Sélectionné pour vous

Les polluants dans le sol

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Productivité de l'herbe

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Dynamique des herbages

49€

Disponible

AJOUTER AU PANIER