Dans un communiqué de presse diffusé ce lundi, le 6 septembre 2021, les agriculteurs européens exhortent Bruxelles « à revoir sa copie » sur le marché des engrais concernant la taxe antidumping sur la solution azotée.

Consultez aussi le prix des engrais sur Lafranceagricole.fr

Une taxe antidumping de 210 millions d’euros par an

« Nous ne sommes pas opposés à des mesures antidumping lorsqu’elles se justifient et sont correctement appliquées. Ce n’est pas le cas pour l’UAN », écrivent de concert le Copa et la Cogeca.

Selon eux, les mesures antidumping ont été mises en place en 2019 « pour des raisons qui ne sont plus d’actualité », le prix de la solution azotée en Europe ayant doublé depuis la période de référence (2017-2018).

Cette taxe représenterait une facture de 210 millions d’euros par an pour les agriculteurs européens. Une « barrière inutile à l’importation », poursuit le communiqué, qui « a pour conséquence une faible concurrence et des pénuries, qui permettent ainsi aux fournisseurs européens de spéculer de façon inouïe ».

De plus, pour les utilisateurs, l’UAN « représente à lui seul 26 % des coûts de l’exploitation en Europe ». Ces mesures empêcheraient ainsi « un fonctionnement équitable et transparent du marché, alors que l’UAN pourrait aider à surmonter certains défis de durabilité ».

Le Copa-Cogeca lance le hashtag #DumpTheAntidumping

Face à cette situation jugée « inadmissible » et « très inquiétante », le Copa-Cogeca a déposé une demande de suspension en avril 2021 afin que cette mesure antidumping soit levée, précise le communiqué de presse.

En parallèle, un hashtag #DumpTheAntidumping a été lancé les réseaux sociaux, et des vidéos réalisées pour « sensibiliser » le grand public au débat.

Autant de démarches mises en place pour réclamer à la Commission européenne de « rouvrir le dossier » d’urgence. Cette requête serait en train d’être analysée, précise encore le Copa-Cogeca.

À lire aussi : Le Copa veut taxer le carbone des produits agricoles importés (09/03/2021)

Oriane Dieulot