Dans une note technique diffusée le 9 août 2021, l’ITB (1), Ceresia, Vivescia, Cristal Union et Tereos annoncent que la Direction générale de l’alimentation (DGAL), dépendant du ministère de l’Agriculture, demande la destruction de toutes les parcelles de betteraves traitées avec des lots de Marquis non conformes. Il s’agit d’un herbicide utilisé en prélevée comme en post-levée.

« Deux lots de Marquis (métamitrone 700 g/kg — AMM n° 9500361) de la société Adama contenant des matières actives non homologuées ont été utilisés durant la campagne betteravière 2021 », explique la note. Toutes les parcelles traitées avec au moins un de ces deux lots non conformes (réf. 20107169 et 20107172), doivent être détruites « et ceci quelques que soient les symptômes observables dans ces parcelles ».

Attendre la notification officielle des autorités

La note précise bien que « les actions suivantes ne doivent être entreprises que si vous recevez une information officielle des autorités. » Deux modes de destruction possibles sont détaillés :

  • Voies mécaniques uniquement : effeuillage, destruction des racines avec un outil animé, plusieurs passages d’un outil à disques, puis si possible un labour ;
  • Voies chimique puis mécanique.

« Malgré la destruction de la parcelle en 2021, la culture suivante devra respecter les restrictions sur les successions culturales liées à l’utilisation de semences traitées avec des néonicotinoïdes », précise la note.

Hélène Parisot

(1) Institut technique de la betterave