« Cette quantité pourrait suffire à pulvériser 207 000 km², soit plus que toutes les terres agricoles en Allemagne qui représentent près de la moitié du pays, près de 75 % des terres agricoles en France ou plus de 150 % des terres agricoles en Roumanie », chiffre Europol. L’agence précise que ces pesticides illégaux « pourraient présenter un risque pour la santé humaine et l’environnement ».

> À lire aussi : Non-conformité, 50 tonnes de phytos rappelées et détruites (11/05/2020)

Huit enquêtes encore ouvertes, dont une en France

Au total, sur les 260 enquêtes ouvertes, 8 sont toujours en cours en Belgique, en France, en Allemagne, en Pologne, en Slovénie et en Suisse.

L’abus dans le commerce des pesticides illégaux varie du trafic de produits contrefaits ou mal étiquetés à l’importation irrégulière de substances interdites telles que le chlorpyrifos, spécifiquement ciblées par les enquêtes réalisées par Europol.

> À lire aussi : Phytosanitaires, 800 tonnes « non conformes » sont saisies en Belgique (29/04/2020)

10 à 14 % du marché européen des pesticides

« Une étude européenne estime qu’entre 10 % et 14 % du marché européen des pesticides sont touchés par ce commerce illégal, signale Europol dans son communiqué de presse. Les criminels récupèrent jusqu’à 70 € pour chaque kilogramme de pesticides illicites faisant l’objet d’un trafic ». Ces trafics de pesticides se font en parallèle d’autres activités illégales telles que le trafic de cigarettes contrefaites et le commerce illégal de produits pharmaceutiques.

I.E.