Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Deux clés de la réussite du bio en grandes cultures

réservé aux abonnés

Filière - Deux clés de la réussite du bio en grandes cultures
La maîtrise des paramètres agronomiques a été une étape importante de la mise en place de la filière du blé dur d’Ekibio dont l’expérience était présentée au salon Tech&Bio le 21 septembre 2021. © P. Crapon/GFA

Dans le cadre de l’édition de 2021 de Tech&Bio, une coopérative et deux entreprises sont venues partager leur expérience de structuration de filières bio en céréales et légumes secs. La maîtrise technique de ce mode de production et la contractualisation sont, selon elles, primordiales.

Quels sont les points clés pour structurer des filières biologiques en grandes cultures ? Voici la question à laquelle Didier Marie, directeur général de DuranSia, Bernard Martin, directeur des opérations d’Ekibio, et Pierre Milliard, chef de projets pour les filières bio chez Carrefour, ont apporté des éléments de réponse ce 21 septembre 2021 au salon Tech&Bio.

À lire aussi : La collecte de céréales bio multipliée par trois en cinq ans (23/11/2020)

Accompagner techniquement les agriculteurs

Selon Didier Marie, l’accompagnement technique des agriculteurs est primordial : « Nous avons galéré pendant deux ans pour trouver les bons facteurs de production pour les légumes secs, ce qui nous a conduits à retirer les haricots car c’était trop compliqué à conduire. » La coopérative travaille actuellement sur le semis sous couvert pour la lentille, en cherchant le couvert le plus approprié à la culture.

Pour Bernard Martin, la filière du blé dur d’Ekibio fut aussi « un travail de longue haleine », le temps de maîtriser les paramètres agronomiques. L’entreprise se réjouit aujourd’hui des 1 500 hectares engagés dans la démarche. « Nous travaillons actuellement sur la filière du sarrasin, en cours de structuration : cette culture doit avoir une place dans la rotation et non être considérée comme une option de remplacement. »

La conférence sur le marché des grandes cultures biologiques s’est tenue le 21 septembre après-midi au salon Tech&Bio. © C. Salmon

Contractualiser pour préserver le marché

Prenant l’exemple de l’équilibre entre l’offre et la demande en blé meunier, Bernard Martin considère que la contractualisation, même si elle ne garantit pas tout, notamment les aléas climatiques, donne plus de visibilité.

Un avis partagé par Carrefour, qui travaille aujourd’hui avec 3 000 agriculteurs pour sa marque « Carrefour Bio filière France » : « La contractualisation est pluriannuelle et multipartite, avec une garantie de volumes minimaux et une juste rémunération des agriculteurs », explique Pierre Milliard.

Enfin, selon Didier Marie, les variations de prix peuvent être aussi temporisées par la diversification des assolements et par la recherche d’autres modes de valorisation : une réflexion a ainsi été engagée sur le marché du carbone au sein de la coopérative.

À lire aussi : Le label bas carbone s’ouvre à de nouveaux domaines (26/08/2021)

« Défendre la réalité des prix du bio »

La concurrence des produits bio importés reste une problématique pour certaines filières. « C’est notamment le cas des huiles, comme celle du tournesol, où il nous est difficile de construire un modèle économique », détaille Pierre Milliard.

Selon Bernard Martin, les coûts de production supplémentaires induits par le bio origine France devraient être davantage pris en compte dans le prix final : « Il est nécessaire de défendre la réalité des prix du bio et de le faire comprendre aux consommateurs », assure-t-il.

Charlotte Salmon
Le bio, un marché en croissance

Les surfaces consacrées aux grandes cultures biologiques progressent depuis 5 ans en France. Elles ont atteint 700 000 hectares en 2020, soit 6 % de la surface totale de grandes cultures cultivée dans l’Hexagone.

« L’assolement moyen est plutôt très diversifié », estime Charlotte Canale de Terres Univia. Le blé tendre, l’orge et le maïs restent en tête, mais l’avoine, l’épeautre et le triticale prennent une place significative, tout comme les protéagineux, en pur ou en mélange avec des céréales.

La consommation bio est elle aussi en progression depuis 5 ans. Le marché est estimé à 13 milliards d’euros en France en 2020 selon l’Agence bio, avec des achats qui se font de plus en plus dans la grande distribution.

« Le marché des grandes cultures bio est dynamique, avec une évolution cohérente entre la production et la consommation, conclut Charlotte Canale. Il faut néanmoins faire attention à certaines filières, sur les années de moindre production. »

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé et le maïs en hausse sur le marché européen

Les prix du blé et du maïs étaient en hausse vendredi 22 octobre 2021 dans l’après-midi sur le marché européen, dans un contexte général très tendu et alors que la Banque mondiale n’attend pas d’accalmie sur les coûts de l’énergie avant le second semestre de 2022.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !