« Pour la deuxième année consécutive, comme à l’issue du premier confinement, les cuves seront trop pleines pour accueillir la récolte de 2021 », déclare la filière cidricole dans un communiqué diffusé le 19 mai 2021. Marquée par la crise sanitaire, elle réitère sa demande pour que des mesures « indispensables » soient mises en place « de toute urgence ».

Après avoir interpellé le gouvernement puis rencontré le cabinet du ministre de l’Agriculture en avril 2021, elle s’inquiète de n’avoir eu aucun retour concret.

30 % des volumes sans débouchés

« La situation sera même plus grave qu’en 2020, la durée de fermeture du circuit CHR (cafés, hôtels, restaurants) étant bien plus longue que lors du premier choc », appuie la filière. Elle estime qu’environ 30 % des volumes de cidres et de spiritueux issus du cidre ne trouvent plus de débouché.

Face à la baisse des ventes, la filière cidricole avait déjà sollicité l’année dernière un plan de soutien au gouvernement. En novembre 2020, le ministère de l’Agriculture avait mis en place un dispositif d’aide aux producteurs contraints de méthaniser ou composter leurs pommes à cidre, via un forfait de 100 € par tonne détruite.

Hélène Parisot