Lors du Forum sur le blé tendre du bassin Océan Centre Ouest le 17 mai 2022 à La Rochelle, Yannick Carel, chargé d’études économiques chez Arvalis, est intervenu au sujet des hausses des coûts de production du blé tendre.

Des charges en hausse de 30 € à 100 € par tonne de blé

L’expert a présenté trois scénarios d’augmentation de prix des intrants (« input » en anglais), incluant les engrais N, P et K (l’azote étant l’intrant ayant le plus d’impact), les phytos et les carburants.

Ces éléments ont été calculés par Avralis pour le département de la Vienne (1), grâce aux données de la base de l’Observatoire Arvalis/Unigrain. Voici les trois hypothèses envisagées :

  • « Input + ». Dans cette hypothèse, qui correspond à ce qui pourrait être observé pour la récolte de 2022, l’azote vaut 1,7 €/kgN ;
  • « Input ++ ». Ce scénario correspond à une situation où l’on achèterait aujourd’hui tous les intrants pour la récolte de 2023. L’azote est à 2,6 €/kgN.
  • « Input +++ ». Dans ce cas, les prix correspondent à ce qui a été relevé au plus dur de la crise, avec notamment 3,1 €/kgN.

Tous postes cumulés, à rendement équivalent, l’écart de coût par rapport à la moyenne de 2018 à 2021 varie de +30 €/t de blé (« input + ») à +100 €/t (« input +++ »), avec un scénario intermédiaire à +80 €/t (« input ++ »).

« Sur le reste de la France, les niveaux de hausse de charges sont du même ordre de grandeur », a estimé Yannick Carel.

+1 €/kgN, c’est environ +30 €/t de charge

Pour la potasse, le phosphore et les phytos, les augmentations de charges « sont relativement minimes », a indiqué Yannick Carel. « Pour le carburant, on voit des effets de l’ordre de 5 €/t à 15 €/t selon les scénarios. Mais l’azote est le poste le plus impactant sur le coût de production. »

Arvalis a calculé qu’une hausse de 1 €/kgN correspond à une hausse de la charge azote de 29 €/t pour la Vienne. Globalement en France, ce chiffre oscille, selon Yannick Carrel, entre 25 et 35 €/t.

D’autres éléments à prendre en compte

Il est à noter que ces scénarios ne prennent pas en compte d’éventuelles pertes de rendements liées aux conditions climatiques ou à d’éventuels problèmes de disponibilités d’intrants. « Pour une baisse de rendement de 10 %, il faut ajouter une hausse supplémentaire de l’ordre de 30 €/t », a précisé Yannick Carel.

Il a ajouté : « Malheureusement, on peut penser que d’autres hausses de charges pourraient suivre, tels que les assurances, les semences, ou les frais d’entretien qui vont probablement connaître, dans les semaines et mois à venir, l’inflation de l’économie globale. »

Calculette Arvalis en ligne

Face aux pertes de repères, l’ingénieur appelle chaque agriculteur à faire ses propres analyses. Arvalis a récemment mis en ligne ImpactCharges, un outil gratuit qui permet d’estimer l’augmentation de charges avec les données de son exploitation.

D’autres calculettes devraient bientôt être publiées, pour optimiser l’assolement et l’itinéraire technique en prenant en compte d’éventuelles contraintes quantitatives sur l’azote.

Hélène Parisot

(1) Sur la base d’un rendement de 6,8 t/ha, et d’apports azotés de 200 kgN/ha.

Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Légère progression en blé et maïs après une chute la veille

Sur les marchés européens comme américain, les cours du blé et du maïs ont clôturé en forte baisse mardi 5 juillet 2022, du fait du contexte économique mondial. Ils se reprenaient à l’ouverture le lendemain.