Sur le trimestre clos à la fin de juin, le chiffre d’affaires de Tereos s’est élevé à un milliard d’euros, « porté par la hausse des prix du sucre et de l’éthanol/alcool mais impacté par les faibles niveaux de récolte de la campagne de betteraves en Europe » en 2020. C’est ce qu’indique le groupe sucrier dans un communiqué du 4 août 2021.

> À lire aussi : Sites industriels, Lactalis et Tereos placés sous « vigilance renforcée » (07/02/2021)

Une campagne de 2021 qui se présente « sous de meilleurs auspices »

La campagne de 2020 a été marquée par des attaques de pucerons verts qui ont occasionné une jaunisse et fait chuter les rendements de 26 % en moyenne.

La campagne actuelle se présente sous de meilleurs auspices en France, même si « le développement végétatif de la betterave a été perturbé par des conditions météorologiques défavorables (gel en avril et températures froides en mai) nécessitant des ressemis à hauteur de 8 % des surfaces ».

> À lire aussi : Une rémunération au minimum de 24,50 €/t chez Tereos (09/10/2020)

Des performances plombées par la faible récolte de 2020

Le résultat d’exploitation récurrent a plus que doublé à 25 millions d’euros, soit 2,5 % du chiffre d’affaires.

Les performances sont toutefois amoindries par les faibles niveaux de récolte de betteraves en 2020 et de canne à sucre actuellement au Brésil, qui limitent les volumes vendus. Tereos évoque aussi des marges « insuffisantes en Europe » de l’activité amidons et produits sucrants.

La nouvelle direction du deuxième sucrier mondial a pour objectif de réduire la dette nette pour qu’elle redescende sous les deux milliards d’euros d’ici à 2024. Au premier trimestre, elle s’établissait à 2,7 milliards d’euros, gonflant de 156 millions d’euros par rapport au 31 mars 2021.

> À lire aussi : Betteraves sucrières : « Restaurer la profitabilité de Tereos au profit des producteurs » (30/12/2020)

AFP