Pékin a agité ce lundi la menace d’une « contre-attaque » après l’annonce par Donald Trump vendredi d’une série de sanctions et de restrictions visant les intérêts chinois. Elles intervenaient dans un contexte de fortes tensions bilatérales, notamment autour du territoire semi-autonome de Hong Kong.

Pékin fait pression

Selon l’agence Bloomberg, la Chine a demandé aux entreprises publiques de mettre un terme à leurs commandes de soja, de coton et de porc américains. Cette décision pourrait remettre en cause l’accord commercial partiel signé par les deux parties à la mi-janvier, par lequel Pékin s’est, entre autres, engagé à doper ses commandes de produits agricoles en provenance des États-Unis.

« C’est peut-être une manœuvre politique de Pékin pour essayer de faire baisser les prix et pouvoir profiter de cours plus bas », avance Brian Hoops, de Midwest Market Solutions. Mais la suspension des commandes chinoises, si elle se confirme, « ne devrait être que temporaire dans la mesure où la Chine a suffisamment de réserves pour le moment mais ne pourra pas rester longtemps sans acheter plus de produits. »

Les acteurs du marché prudents

Ces développements incitent en tout cas « les acteurs du marché à la prudence ». Au premier jour du mois, « il faut voir si les investisseurs décident de mettre un peu d’argent sur la table », remarque par ailleurs Steve Georgy, de la maison de courtage Allendale.

« Habituellement à cette période de l’année, l’attention se détourne des évaluations sur les superficies semées vers le développement des plantes, et on assiste en général à une progression des cours », ajoute-t-il. « Il faut voir cette année ce qui va se passer avec la Chine. »

Le blé coté à la Bourse de Chicago est pour sa part aussi tiré vers le bas par le blé dur rouge d’hiver coté à Kansas City dont les moissons viennent de commencer.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé lundi à 3,2400 dollars, contre 3,2575 dollars vendredi (–0,54 %).

Le boisseau de blé pour livraison en juillet, le plus actif, a fini à 5,1550 dollars, contre 5,2075 dollars à la précédente clôture (–1,01 %).

Le boisseau de soja pour livraison en juillet, le plus échangé, a terminé à 8,4100 dollars, contre 8,4075 dollars la veille (+0,03 %).

AFP
Votre analyse quotidienne du marché - Céréales

Le blé reprend son souffle

Les prix du blé reprenaient leur souffle, vendredi à la mi-journée, au terme d’une nouvelle semaine de hausse, en raison de baisses annoncées de production chez plusieurs grands exportateurs.