Les fausses viandes sont encore loin d’avoir conquis le cœur des Américains, grands amateurs de grillades : seuls 3,6 % des ménages aux États-Unis achètent par exemple des produits Beyond Meat. Mais la crise sanitaire a complètement déréglé le marché traditionnel de la viande.

Plusieurs abattoirs sont devenus des foyers de contagion du Covid-19 et plus d’une vingtaine a ainsi dû fermer temporairement leurs portes, selon le principal syndicat agricole Farm Bureau. La capacité du pays à transformer de la viande de porc a diminué d’environ 20 % et celle de bœuf de 10 %, estime l’organisation.

Une augmentation de 39 % des ventes de viande fraîche

Selon le cabinet Nielsen, les ventes de viande fraîche aux particuliers ont toutefois bondi de 39 % en mars et avril. Les enseignes Costco, Kroger et Wegmans ont même dû imposer des restrictions sur le nombre de morceaux de bœuf, de porc et de volaille que leurs clients peuvent acheter. La chaîne de restauration rapide Wendy’s a prévenu le 6 mai 2020 que certains restaurants pourraient ponctuellement ne plus pouvoir proposer de burgers au menu.

> À lire aussi notre dossier : Imitations de viande, une menace pour l’élevage (19/02/2020)

Une hausse de 265 % pour les fausses viandes

Face à ces perturbations, les ventes pour les fausses viandes se sont envolées, enregistrant une hausse de 265 %, ces huit dernières semaines comparé à l’année précédente, selon le cabinet Nielsen. Impossible Foods, une des start-ups phares du secteur, vient de signer un partenariat avec le géant de la distribution Kroger et ses 1 700 magasins. Un pas de géant pour le groupe, qui n’était jusqu’ici vendu que dans mille points de vente aux particuliers.

Concernant son concurrent, Beyond Meat, son chiffre d’affaires a fortement pâti au premier trimestre de la fermeture de nombreux restaurants, une des mesures prises par la majorité des États américains pour enrayer la propagation du nouveau coronavirus. Mais son directeur général, Ethan Brown, entend « encourager les consommateurs à essayer (ses produits) pendant cette période de perturbations sur le marché des protéines animales ».

Pour ce faire, Ethan Brown mise sur le « développement de formats économiques », contenant par exemple 10 à 12 steaks, et sur « des prix agressifs » se rapprochant des tarifs de la viande traditionnelle, a-t-il indiqué le 5 mai 2020, lors d’une conférence téléphonique.

> À lire aussi : La start-up végane Beyond Meat plonge à Wall Street (02/03/2020)

Rosanne Aries, avec l’AFP