Le cinéma et l’agriculture poursuivent leur romance à Cannes. Émilie Faucheron, viticultrice à Montady, dans l’Hérault, Émilie Jeannin, éleveuse de bovins charolais à Beurizot, en Côte-d’Or, qui lancera en 2021 le premier abattoir mobile de France, et Anne-Cécile Suzanne, éleveuse de blondes d’Aquitaine à Mauves-sur-Huisnes, dans l’Orne, ont monté, le 15 juillet 2021, les marches du Festival de Cannes. Une première pour la profession.

Édouard Bergeon, le réalisateur du film « Au nom de la terre » tourné en 2019 avec l’acteur Guillaume Canet, les a conviées à monter les marches à ses côtés. Le Poitevin à la tête de la chaîne CultivonsNous.tv, a remporté en 2020 le prix du cinéma positif décerné par l’Institut de l’économie positive, présidé par Audrey Tcherkoff, qui, à l’occasion du Festival de Cannes, a organisé une table-ronde sur l’engagement au cinéma.

Rendre visibles « les pionniers de l’écologie »

« C’est aussi la première fois que je monte les marches, a indiqué à La France Agricole Édouard Bergeon. Je les monte grâce à mon film. Et sur le tapis rouge, je n’oublie pas d’où je viens, de la terre, de l’agriculture. Il me tenait à cœur de rendre visible cette profession à travers ces femmes agricultrices que je connais, que j’accompagne et chez qui j’ai déjà tourné pour ma chaîne CultivonsNous. »

Six films dans la sélection du Festival de Cannes ciblent le respect de l’environnement. « Il me paraît essentiel de rappeler à tous, que les premiers écologistes sont les agricultrices et les agriculteurs qui nous nourrissent. Il est très important pour moi qu’elles soient là », a commenté Édouard Bergeon.

« Montrer une agriculture positive »

« Au début, j’ai cru que c’était une blague, a expliqué la viticultrice Emilie Faucheron. Une petite viticultrice à Cannes, ce n’était pas possible pour moi. Et puis… On se dit : pourquoi moi ? et pourquoi pas ? C’est un moment unique. Depuis 3 ans, je fais des vidéos avec mon mari pour montrer la réalité et parler positivement de notre métier de viticulteurs. ëtre conviée par Édouard Bergeon à parler de façon positive de l’agriculture, à ses côtés, est vraiment un privilège. »

« C’est une proposition qui ne se refuse pas ! »

L’éleveuse Emilie Jeannin, porte-parole de la Confédération paysanne, n’a pas non plus hésité à répondre favorablement à la demande du réalisateur. « C’est assez dingue de recevoir ce genre de message quand même ! Édouard Bergeon m’a proposé de monter les marches de Cannes avec lui, et de parler d’agriculture. De pouvoir mettre en avant la cause des paysans et paysannes et les projets que nous portons chaque jour dans nos fermes, dans nos champs et montrer que nous cherchons des solutions pour un avenir meilleur pour nos enfants, notre environnement et notre planète, ça ne se refuse pas. »

« Il faut plein de paysans correctement rémunérés, partout sur tous nos territoires ! Il faut aussi des solutions innovantes pour toujours améliorer la qualité de notre alimentation et l’abattoir mobile s’inscrit complètement là-dedans ! a défendu la militante. Encore une fois, je ne voyais pas du tout comment j’aurai pu dire non ! »

« Notre métier ne consiste pas qu’à traire des vaches »

« Le regain d’intérêt pour l’agriculture est une opportunité pour le cinéma, qui se doit de la montrer, telle qu’elle est, a plaidé de son côté la normande Anne-Cécile Suzanne. Il permettra ainsi au grand public d’aborder avec crédibilité et humanité les thèmes de notre alimentation, de l’environnement, de la biodiversité, du climat, qui sont intrinsèquement liés à notre quotidien d’agriculteur. »

« Dans ce contexte, il est nécessaire de montrer que notre métier est stratégique et mérite en cela d’être présenté au plus haut niveau du cinéma français, au Festival de Cannes, poursuit-elle. Il est important également de montrer qu’il ne consiste pas à porter des salopettes toute l’année où à traire les vaches, mais qu’il peut aussi être fait de mixité et de féminité, entre gerbes de blé et talons à aiguille. Et puis franchement, qui n’a pas un jour rêvé de gravir le tapis rouge ? »

À lire aussi Installation : Pourquoi ça coince pour les femmes (26/05/2021)

Rosanne Aries