"Peu d’évolution sur les marchés [mardi 29 novembre 2022], les opérateurs se focalisant sur les évènements en Chine", explique Agritel dans sa note quotidienne. Mardi sur Euronext, la tonne de blé a clôturé à 312,75 euros sur l'échéance de mars (–2,50 euros par rapport à la clôture précédente) et à 311,00 euros (–2,50 euros) sur celle de mai. La tonne de maïs terminait à 299,50 euros (–1,50 euro) sur mars, et à 301,25 euros (–1,25 euro) sur juin.

Ce mercredi 30 novembre vers 11h, la tonne de blé regagnait 1,75 euro sur l'échéance de mars, à 314,50 euros, et 1,50 euro sur celle de mai, à 312,50 euros. La tonne de maïs progressait quant à elle de 0,75 euro sur l'échéance de mars, à 300,25 euros, et de 1,75 euro à 303,00 euros sur celle de juin. 

International

Avec la baisse des cours, la compétitivité des blés français se renforce, "même si l’origine mer Noire demeure la plus agressive sur les appels d’offres", explique Agritel. 

À la Bourse de Chicago, le contrat blé mars a clôturé en hausse de 1 cents de dollar à 782 cents par boisseau. Il progressait de 3 cents ce matin sur Globex (1). Le contrat maïs mars a quant à lui clôturé en baisse de 2 cents à 670 cents par boisseau et cédait 1 cents ce matin sur Globex, rapporte Sitagri.

À suivre

Aux États-Unis, "les conditions de printemps seront [...] particulièrement à suivre afin de déterminer si le déficit hydrique actuel aura ou non un impact majeur sur la récolte 2023, indique Agritel. Les opérateurs suivront de près aujourd’hui les déclarations de Jérôme Powell [président de la Réserve fédérale des États-Unis] sur l’état de l’économie américaine avec en perspective la politique monétaire".

(1) Premier système de négociation électronique du monde