Le ministre de la Transition écologique, Christophe Béchu, a annoncé, le jeudi 3 novembre 2022, la création d'un "programme de recherche" sur l'adaptation des forêts au changement climatique, doté de 50 millions d'euros. Ce programme organisé avec l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (Inrae) et le groupement d'intérêt public Ecofor, portant sur les écosystèmes forestiers, vise à apporter des solutions et des outils d'aide à la décision aux propriétaires "pour avoir la forêt la plus résiliente possible, pour capter et piéger du carbone, pour avoir des stratégies intelligentes en termes de plantation, d'exploitation et de suivi", a expliqué Christophe Béchu.

Lors d'un déplacement en Gironde, où les incendies ont fait rage durant l'été, le ministre a également détaillé, pour 2023, des mesures d'aide à la plantation d'arbres, après la promesse fixée par Emmanuel Macron d'en planter un milliard en France d'ici à dix ans. Le 28 octobre 2022, le président avait évoqué "un dispositif de financement public" pour arriver à cette fin, en souhaitant en parallèle une "large mobilisation". L'objectif de planter un milliard d'arbres en dix ans a été jugé "inatteignable" humainement et techniquement par le Snupfen Solidaires, premier syndicat de l'Office national des forêts.

Aide au boisement

Christophe Béchu a précisé qu'outre un budget de 100 millions d'euros fléché à cette fin au sein du "fonds vert", qui accompagne les collectivités dans la transition écologique, une enveloppe de 150 millions d'euros, issue du programme d'investissements "France 2030", serait allouée à l'Agence de l'environnement (Ademe). Celle-ci ouvrira un guichet en janvier 2023 pour financer, à hauteur d'au moins 50%, des projets de boisement ou reboisement de parcelles de forêts publiques ou privées, a précisé le ministre.

Interrogé sur la pérennité de ces mesures, il a répondu que ce budget concernait "la seule année 2023" et que "l'idée, ensuite, c'est que la finance carbone prenne le relais". En mars dernier, le gouvernement avait déjà évoqué la mise en place d'un "financement pérenne pour le renouvellement forestier de 100 à 150 millions d'euros (chaque année) à partir de 2024, mobilisant notamment les outils de la finance carbone".

En matière de prévention des incendies, le ministre a indiqué que 50 millions d'euros du "fonds vert" seraient par ailleurs alloués aux communes pour financer des actions d'adaptation dans les secteurs à risque.