La grippe aviaire poursuit son avancée en France. En seulement dix jours, 16 cas en élevage ont été recensés. Au 28 octobre 2022, 41 foyers étaient ainsi confirmés depuis le 1er août, contre 25 le 18 octobre. Plus de la moitié (29 foyers) est située dans les départements des Régions Bretagne, Pays de la Loire et celui des Deux-Sèvres, placés en zone de contrôle temporaire faune sauvage (ZCT FS).

Risque accru dans l’Ouest

« Les Régions Bretagne et Pays de la Loire constituent un bassin de production majeur en France, étant les deux premières régions de production nationale de volailles et d’ovoproduits », précise le ministère de l’Agriculture. Les départements de la Loire-Atlantique, du Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres et de la Vendée comprennent en particulier "des zones à risque de diffusion (ZRD), à forte densité d’établissements avicoles, et dans lesquelles le risque de propagation du virus est accru", poursuit la rue de Varenne.

Sur le continent européen, "l’incidence mensuelle glissante chez les oiseaux détenus demeure élevée, avec 81 foyers de volailles détectés sur les quatre dernières semaines", indique la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA), le 2 novembre 2022. Au total, 20 pays ont confirmé la présence du virus H5N1 sur leur territoire. Les premières détections ont été réalisées en Croatie et en Suède.