« La santé et la sécurité de nos collaborateurs sont notre première préoccupation », déclare Lactalis, dans un communiqué publié le 28 février 2022. Le numéro un mondial du lait est présent en Ukraine depuis 1996. Il y détient trois sites de production dans les villes de Shostka, Pavlograd et Nikolaeiev ainsi qu’un siège à Kiev, la capitale, employant au total 850 personnes.

 

> À lire aussi : À cause de la guerre, les sites ukrainiens de production de semences à l’arrêt (01/03/2022)

 

« Trois camions de lait par jour »

« L’activité sur nos sites de Shostka et Pavlograd est ralentie, ces sites ne recevant plus qu’un à trois camions de lait par jour. Notre site de Nikolaev est à l’arrêt aujourd’hui en raison des zones de combat à proximité », détaille l’industriel le 28 février.

 

Lactalis craint des pénuries, « par exemple de soude dédiée aux nettoyages industriels », qui pourraient « compromettre le maintien de l’activité des sites ». En parallèle, « nous suivons également avec attention la situation de nos sites et de nos collaborateurs basés en Russie », poursuit le géant laitier.

« Nourrir la population »

Du côté de Savencia, le 28 février 2022, les nouvelles se voulaient un peu plus rassurantes. Sa fromagerie ukrainienne est basée dans la ville de Zvenigorodka, à 200 kilomètres au sud de Kiev. « À ce jour n’étant pas située en zone critique, la fromagerie continue actuellement à collecter le lait auprès des éleveurs et à produire des fromages », assure l’industriel français.

 

Savencia affirme ainsi « contribuer à nourrir la population ». Lactalis affiche la même ambition, indiquant avoir procédé à « quelques expéditions de produits dans les villes les plus épargnées afin de limiter la pénurie de nourriture pour les populations ».

 

> À lire aussi : Face à la crise ukrainienne, Macron annonce un plan de résilience agricole (26/02/2022)