Les indicateurs de risques harmonisés concernant les produits phytosanitaires à l’échelle européenne ont été mis à jour par la Commission européenne le 25 août 2022, pour l’année 2020. Ces deux indicateurs, publiés pour la première fois en en 2019, « sont importants car ils montrent l’évolution des risques liés à l’utilisation des pesticides depuis 2011 », souligne la Commission.

 

Selon la Commission, les résultats « montrent des progrès continus dans la réduction des risques et soutiennent la réalisation des objectifs de réduction des pesticides de la Ferme à la fourchette ». Et relève toutefois « la lenteur des progrès à ce jour ».

 

Il existe deux indicateurs de risque harmonisés :

 

1.Le risque associé aux produits vendus

L’indicateur de risques harmonisés 1 (HRI 1) estime les risques associés aux produits vendus. En 2020, il affiche une baisse de 1 point de pourcentage par rapport à 2019. À plus long terme, le HRI 1 « montre une réduction de 22 % du risque pour la santé humaine et l’environnement lié aux pesticides dans l’Union européenne entre 2011 et 2020 », complète la Commission européenne.

 

Évolution du premier indicateur de risque harmonisé (HRI 1) entre 2011 et 2020, pour l’Union européenne. Base 100 : moyenne des trois premières années de suivi (2011-2013). © Commission européenne
Évolution du premier indicateur de risque harmonisé (HRI 1) entre 2011 et 2020, pour l’Union européenne. Base 100 : moyenne des trois premières années de suivi (2011-2013). © Commission européenne

 

Le HRI 1 « est calculé en multipliant les quantités de substances actives mises sur le marché dans les produits phytopharmaceutiques par un facteur de pondération », rappelle la Commission. Les produits sont classés en quatre catégories.

 

2.Le risque associé aux dérogations d’urgences

L’indicateur de risques harmonisés 2 (HRI 2) reflète le risque associé aux autorisations d’urgence, dites « dérogations 120 jours ».

 

En 2020, le HRI 2 montre une augmentation de 17 points de pourcentage par rapport à 2019, et de 38 % par rapport à la période de 2011 à 2013. La Commission européenne se dit « préoccupée par le nombre croissant d’autorisations d’urgence accordées par les États membres », et indique les surveiller « de près ». Elle cite par exemple les dérogations accordées par plusieurs États membres pour l’usage des néonicotinoïdes sous conditions, après leur interdiction à l’échelle de l’UE en 2018.

 

 

Évolution du deuxième indicateur de risque harmonisé (HRI 2) entre 2011 et 2020, pour l’Union européenne. Base 100 : moyenne des trois premières années de suivi (2011-2013). © Commission européenne
Évolution du deuxième indicateur de risque harmonisé (HRI 2) entre 2011 et 2020, pour l’Union européenne. Base 100 : moyenne des trois premières années de suivi (2011-2013). © Commission européenne

 

Le HRI 2 est calculé en pondérant le nombre de dérogation par un facteur de risque défini selon l’une des quatre catégories de produits.

 

Les détails de l’évolution de ces indicateurs à l’échelle française n’avaient pas encore été mis en ligne au 2 septembre 2022.