Dans un communiqué publié le 1er juillet 2022, le Copa-Cogeca (1) a dévoilé ses estimations de production de céréales et d’oléoprotéagineux dans l’Union européenne pour la récolte de 2022.

Davantage d’oléoprotéagineux

Selon l’organisation européenne, la production de céréales serait en baisse de 4,4 % par rapport à la récolte précédente (–3,8 % par rapport à la moyenne sur 5 ans), à 277 millions de tonnes.

 

Avec 32,1 millions de tonnes, la production d’oléoprotéagineux serait en hausse de 8,5 % sur un an et également supérieure à la moyenne sur 5 ans (29,8 millions de tonnes).

Anticiper les besoins face à la guerre en Ukraine

La production de blé tendre, malgré des surfaces stables, devrait chuter à 123,4 millions de tonnes, contre 129,2 millions de tonnes l’année dernière. Cette baisse serait due à une baisse des rendements. Les ordres de grandeur sont similaires pour les autres céréales, à l’exception du blé dur qui devrait observer une baisse encore plus drastique (–14,6 % par rapport à l’an passé).

À lire aussi : En Ukraine, les moissons vont bientôt démarrer (04/07/2022)

 

« Compte tenu du risque de pénuries alimentaires dans plusieurs pays importateurs, causées par la guerre en Ukraine et l’inflation des prix alimentaires, il est essentiel que la Commission européenne prenne ces avertissements au sérieux et anticipe les besoins, alerte Jean-François Isambert, président du groupe de travail des céréales du Copa-Cogeca. La Commission doit rapidement décider des mesures de flexibilité dans la Pac 2023 avant les semis d’automne. »

Des difficultés croissantes pour les oléoprotéagineux

Grâce à une augmentation des surfaces et à des rendements qui se maintiennent, les projections pour la récolte des oléoprotéagineux sont plus optimistes : à titre d’exemple, la production de colza progresserait de 7,3 % sur un an, celle du tournesol de 10,1 % et celle du soja de 9,8 %.

 

« Ces projections ne doivent pas faire oublier les difficultés croissantes de production, nuance Pedro Gallardo, président du groupe de travail des oléoprotéagineux du Copa-Cogeca. Il est urgent de donner accès à des variétés mieux adaptées au changement climatique, résistantes aux maladies et aux ravageurs, et fournir des méthodes de protection alternatives efficaces. »

(1) Comité des organisations professionnelles agricoles et Confédération générale des coopératives agricoles.