La FDSEA de l’Ille-et-Vilaine et JA avaient appelé à la mobilisation alors que « toutes les filières connaissent une hausse des coûts de production ». Le cortège a pris la direction d’une enseigne Intermarché, située dans un centre commercial de Rennes.

À lire aussi : L’OP Danone Sud-Est mobilisée pour renégocier son contrat (03/02/2022)

Les « mauvais élèves » de la grande distribution

Cette enseigne est « un des mauvais élèves derrière Carrefour et Leclerc », a affirmé Cédric Henry, porte-parole de la FDSEA. Les agriculteurs ont effectué une vérification des prix notamment sur le lait et les produits porcins.

« Nous veillons à l’application de la loi Egalim 2 et sensibilisons sur l’origine de nos produits », a souligné Florian Denais, porte-parole des JA. La loi Egalim 2 vise à « protéger la rémunération des agriculteurs », selon la loi parue le 19 octobre 2021 au Journal officiel.

Des producteurs ont interpellé le directeur de l’hypermarché, Julien Niel, sur l’absence de données sur la provenance de certains produits en rayon. Julien Niel a expliqué « qu’il s’engagera à faire remonter les informations au niveau national » mais « qu’il n’est pas dans le box des négociations ».

Rendez-vous au rectorat et à la préfecture

Les agriculteurs se sont ensuite rendus au rectorat pour réclamer « un appro [français, NDLR] des cantines au juste prix ».

Les agriculteurs ont terminé leur « rallye » par un rendez-vous avec Emmanuel Berthier, préfet de la Région Bretagne, pour demander le « respect des EGA » et parler du « poids des charges dans toutes les filières ».

En début de semaine, le gouvernement avait annoncé un « plan d’urgence » de 270 millions d’euros à destination de la filière porcine pour soutenir la trésorerie des éleveurs de porcs.

AFP