Jeunes Agriculteurs présentait, ce 27 janvier 2022, ses vœux de rentrée à la presse. L’occasion de revenir sur l’enjeu du renouvellement des générations. « Il faut attirer les jeunes vers notre métier et tous les métiers du para-agricole, a expliqué Nicolas Sarthou, vice-président du syndicat. Aujourd’hui, 70 000 postes sont à pourvoir dans l’agriculture. La moitié des fermes seront à reprendre dans 5 ans. »

> À lire aussi : Démographie : les installations agricoles continuent de diminuer (14/01/2022)

Objectif de 10 000 installations aidées

Pour relever le défi de l’installation, le syndicat a rappelé le lancement de la campagne de promotion #Entrepreneurduvivant. Une communication engagée par le ministère de l’Agriculture à l’été 2021 et qui nécessiterait d’être « pérennisée », a souligné Nicolas Sarthou.

Avec l’augmentation de un point du budget Pac alloué à l’installation, le syndicat espère atteindre 10 000 installations aidées par an d’ici à la fin de la programmation Pac. « Cet objectif peut paraître optimiste avec nos 5 000 installations aidées par an, mais il est réaliste », a souligné François-Etienne Mercier, élu en charge du dossier sur l’installation. Le syndicat souhaite travailler à rendre plus attractive la formation initiale et à faciliter l’accès à la validation des acquis par l’expérience (VAE).

Enfin, la création d’un Point accueil formation installation transmission (Pafit) devrait permettre, selon JA, de faciliter l’accès à l’installation à tous les porteurs de projet. Ce guichet aurait la charge de l’accompagnement tout au long de la carrière de l’agriculteur.

Capter le public

« Sans filière structurée et rémunératrice, on ne pourra pas faire d’installation pérenne », a expliqué Guillaume Cabot, vice-président JA. La loi Egalim 2 va permettre de sécuriser le revenu de 2022 […] et de donner plus de visibilité. Ce n’est plus tenable de brader nos produits agricoles ! »

Le syndicat ne perd pas l’espoir quant à une grande loi foncière. « Dans les 10 ans, un quart de la SAU va changer de main, a indiqué Basile Faucheux, vice-président de JA. Il faut développer des formes innovantes d’accès au foncier […] et moderniser le contrôle d’accès aux terres. »

Jeunes Agriculteurs mène aussi en parallèle un travail sur la transmission, « l’angle mort des politiques agricoles », selon Guillaume Cabot. Le syndicat planche sur des systèmes de bonus/malus et de dispositifs fiscaux et sociaux pour inciter à céder à un jeune agriculteur.

> À lire aussi : Renouvellement des générations : Éleveurs cherchent repreneurs (26/01/22)

Alessandra Gambarini