La Confédération paysanne souhaite que la proposition de loi de Grégory Besson-Moreau, visant à « protéger la rémunération des agriculteurs » soit l’occasion de remédier aux « graves insuffisances » de la loi portant sur l’alimentation, dite loi Egalim.

À lire aussi : La proposition de loi pour renforcer les Egalim est dans les tuyaux (15/04/2021)

Des avancées, mais…

Le syndicat relève deux articles « intéressants » dans la proposition de loi : celui proposant la création d’un Comité de règlement des différends commerciaux (CRDC), qui « disposerait d’outils coercitifs, allant de l’astreinte à la sanction financière » et celui qui permettrait de rendre obligatoire la contractualisation entre producteurs et industriel.

La non-négociabilité des prix des matières premières agricoles est une « avancée mais incomplète », estime la Confédération paysanne. Elle demande que soit ajoutée à ce texte « la prise en compte pleine et entière des coûts de production » au niveau de la négociation entre agriculteurs et industriels. Une position qui se rapproche de celle de la FNSEA.

À lire aussi : La FNSEA et JA veulent renforcer la prise en compte des indicateurs (16/04/2021)

Marie Salset