Dans une circulaire publiée le 22 juillet 2021, le ministère de l’Agriculture souhaite « intensifier et massifier la transition agroécologique en combinant création de valeur économique et environnementale ».

Un objectif auquel doit contribuer le prochain programme national de développement agricole et rural (PNDAR) 2022-2027 actuellement en préparation.

9 thèmes prioritaires

Les orientations de recherche et de développement, définies après une concertation avec les organisations professionnelles agricoles, s’organisent autour de 9 « thèmes prioritaires », dont font notamment partie :

  • La valorisation de l’agriculture biologique et de la haute valeur environnementale (HVE) ;
  • Le stockage du carbone ;
  • L’adaptation au changement climatique ;
  • Le développement des mesures préventives ou alternatives à l’utilisation des productions phytosanitaires ;
  • L’amélioration du bien-être animal.

> À lire aussi : Trois pistes pour accélérer la transition agroécologique (03/03/2021)

Le compte d’affectation spécial au développement agricole et rural (Casdar) alimenté par une taxe prélevée sur le chiffre d’affaires des exploitations agricoles financera en partie les actions en lien avec ces thèmes.

Un thème porté aux Nations-Unies en septembre

Le ministre de l’Agriculture entend aussi porter l’ambition française en faveur de la transition agroécologique au niveau de l’Organisation des nations unies (ONU). Il participait du 26 au 28 juillet 2021 au pré-sommet des systèmes alimentaires qui avait pour objectif de préparer le Sommet des systèmes alimentaires qui se tiendra à New York en septembre entre chefs d’Etat et de gouvernement.

Julien Denormandie a rappelé durant cette réunion que l'agroécologie était « un levier d’action déterminant pour répondre de manière simultanée aux enjeux de sécurité alimentaire et de nutrition, de préservation des ressources et de lutte contre le changement climatique, et de durabilité économique » précise un communiqué du ministère du 28 juillet 2021.

Alexis Marcotte