« Les indicateurs des filières avicoles dans le rouge écarlate : la variation des prix de l’alimentation animale est excessive depuis un an », alerte la CFA, association spécialisée de la FNSEA, dans un communiqué publié ce mardi 26 octobre 2021. D’après l’organisation syndicale, l’aliment représente près de 65 % du coût de production des aviculteurs, quelle que soit leur production (poulets, dindes, poules pondeuses).

> À lire aussi : Les volailles tiraillées entre bien-être animal et compétitivité (14/10/2021)

Flambée ininterrompue

Or en septembre dernier, l’indice de coût de l’aliment du poulet standard calculé par l’Itavi (1) a progressé de 0,8 % sur un mois et de 28,9 % par rapport à septembre 2020. Il se maintient ainsi « au-dessus du seuil de ± 10 % (2) en septembre 2021 pour le douzième mois consécutif », indique la CFA.

Selon le syndicat, le rapport de l’indice de prix de production industrielle « viande de poulet » rapporté à l’indice du prix des aliments pour poulets est « dans le rouge depuis presque deux ans ». « Deux pendant lesquels la répercussion des hausses de l’alimentation animale a été insuffisante, et ça continue ! », souligne-t-il.

L’avenir de la filière « en danger »

La situation n’est guère plus réjouissante du côté des poules pondeuses. En septembre dernier, l’indice de coût de l’aliment « reste significativement au-dessus de son niveau de l’année précédente » : +24,4 % par rapport à septembre 2020. Là aussi, il se situe « en dehors du tunnel de ±10 % pour le douzième mois consécutif. »

Pour Isabelle Leballeur, secrétaire générale de la CFA, « il n’y a aujourd’hui plus de marges de manœuvre dans nos élevages : tous les coûts augmentent ! Il faut à tout prix que les entreprises de la distribution, de la restauration, les grossistes, etc. prennent en compte ces augmentations. »

« Les répercussions de hausses, quand elles ont eu lieu, ont largement été insuffisantes et dans certaines filières, il n’y en a pas eu, enchérit Jean-Michel Schaeffer, président du syndicat. […] C’est l’avenir des éleveurs et de toute la filière qui est en danger. »

> À lire aussi : Les importations françaises de poulet ont doublé en dix ans (08/10/2021)

Vincent Guyot

(1) Institut technique de l’aviculture.

(2) Selon le ministère de l’Agriculture, la situation de variation excessive des prix de l’alimentation animale est constatée quand l’indice Itavi calculé sur la base de janvier 2006 franchit pendant 3 mois consécutifs des paliers de plus ou moins 10 % par rapport au même mois de l’année précédente.