« ElveAOP, l’Association d’organisations de producteurs (AOP) d’Elvea est née à la suite de son assemblée générale constitutive organisée le 14 avril 2021 », annoncent ses créateurs dans un communiqué diffusé le lendemain. À l’occasion de la dernière assemblée en octobre 2020, Philippe Auger, président d’Elvea France, avait promis « tout faire pour que le projet d’AOP réussisse » malgré les contraintes sanitaires. C’est aujourd’hui chose faite.

> À lire aussi : Viande bovine, le projet d’association d’organisations de producteurs fait consensus (07/02/2020)

La première organisation d’éleveurs bovins en France réunit dorénavant une vingtaine d’OP avec 15 000 éleveurs étendus sur plus de 70 départements. ElveAOP se veut « au service des éleveurs pour mieux créer et répartir de la valeur ».

Douze sections raciales déjà composées

C’est une « AOP transversale sans transfert de propriété de négociation collective avec un potentiel d’un million de têtes commercialisables annuellement », explique Elvea.

« L’ensemble des OP adhérentes forme le conseil d’administration. Souveraines sur toute décision, elles s’appuient sur le travail des sections en termes de construction d’accords-cadres, d’organisation des volumes et de mise sur le marché », précise Philippe Auger à La France Agricole ce vendredi 16 avril 2021.

À l’heure actuelle, ElveAOP se compose de douze sections raciales pour « coller au label » : charolaise, limousine, blonde d’Aquitaine, aubrac, salers, parthenaise, blanc bleu belge, rouge des prés, multiraces, vaches laitières et mixtes, broutards, et taurillons.

« Un délégué professionnel et un administratif sont rattachés à chaque section [souvent issus de nos OP adhérentes] et sont chargés de son organisation et de son animation », précise Philippe Auger.

Se rassembler pour peser davantage dans les négociations

La structure nouvellement créée a pour mission de « renforcer le pouvoir de négociation des éleveurs bovins. « ElveAOP permettra de rassembler notre réseau partenaire mais aussi de travailler avec d’autres organismes tels que les organismes de défense et de gestion pour les labels », indique le président d’Elvea France.

Par ailleurs, Elvea France définit l’AOP comme étant « l’interlocuteur privilégié de plus de 900 acheteurs désignés, partenaires des OP membres du réseau ». « Un animateur, encore en phase de recrutement, aura une casquette plutôt commerciale pour aller chercher avec les professionnels des contrats, faire des rencontres et proposer des accords-cadres », reprend Philippe Auger.

Encore quelques flous juridiques à lever

Étant la première AOP en France en viande bovine, « quelques flous subsistent néanmoins », confie-t-il. Elvea France a sollicité le ministère de l’Agriculture pour bénéficier d’un éclairage juridique. « ElveAOP représente une organisation économique. Ainsi, nous devons nous assurer que nous sommes dans les clous aux niveaux national et européen », explique Philippe Auger, qui évoque notamment le droit à la concurrence.

Maintenant que la structure est créée, un dossier doit remonter auprès de la DGPE (1) et passer en commission nationale technique pour être reconnue.

Lucie Pouchard

(1) La direction générale de la performance économique et environnementale des entreprises est l’une des quatre directions du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Commerce contrasté

Si les échanges sont calmes concernant les femelles allaitantes, ils sont plus fluides s’agissant des vaches laitières de réforme.