L’épizootie de peste porcine africaine (PPA) franchit une nouvelle étape en Allemagne. Jusqu’alors uniquement présent au sein des populations de sangliers, le virus a désormais atteint deux élevages du Land de Brandebourg, le long de la frontière polonaise. « Ceux-ci sont géographiquement distants de plus cent kilomètres », précise la Plateforme d’épidémiosurveillance en santé animale (ESA).

> À lire aussi : Élevage en plein air, les clôtures efficaces contre la peste porcine africaine (16/06/2021)

« Truie retrouvée morte »

La première exploitation, établie dans le nord du Land de Brandebourg, compte deux porcs. Elle se situe dans « une zone blanche jusque-là exempte de PPA », indique la Plateforme ESA. Le second foyer, localisé dans le sud du Land, est un élevage biologique de 313 porcins. Il se situe dans une « zone cœur » de contamination des sangliers. « Ce foyer a été identifié dans le cadre de la surveillance active chez une truie retrouvée morte. »

Conformément à la réglementation européenne, les exploitations seront dépeuplées et les zones réglementées seront adaptées. En Allemagne, le premier cas de PPA est apparu le 7 septembre 2020 dans la faune sauvage. Dans le pays, depuis le début de l’année, 953 cas ont été détectés au sein de la population de sangliers, essentiellement le long de la frontière avec la Pologne.

> À lire aussi : Le marché du porc européen s’encombre (07/07/2021)

Vincent Guyot