L’heure est à la mise en œuvre de la feuille de route pour lutter contre l’influenza aviaire hautement pathogène présentée au début de l’été. Le ministère de l’Agriculture a publié le 29 septembre 2021 un arrêté définissant les mesures de prévention à respecter dans les établissements détenant des volailles ou des oiseaux captifs, conjointement à celui concernant les zones à risque de diffusion (ZRD).

Plan de biosécurité

Parmi les mesures phares de cet arrêté figure l’obligation, pour tout propriétaire ou détenteur d’oiseaux, de définir un plan de biosécurité pour l’ensemble de son établissement. « Le plan est consultable sur support papier ou électronique lors de tout contrôle et tenu à jour. »

Pour les établissements de volailles détenues en vue de leur reproduction, à l’étage de multiplication ou de sélection, pour la commercialisation de volailles destinées à l’élevage, « le plan de biosécurité doit porter sur les risques à l’échelle de l’ensemble des établissements impliqués. »

En parallèle, les organisations de producteurs ainsi que les couvoirs sont tenus de mettre en œuvre « un système de management de la biosécurité à destination des éleveurs adhérents à leur organisme de production et de leur personnel intervenant dans les établissements. »

> À lire aussi : Grippe aviaire, la Confédération paysanne et le Modef dénoncent une réglementation inefficace (21/09/2021)

Audit annuel

Les détenteurs de volailles avec une finalité commerciale sont tenus de faire réaliser une évaluation annuelle de l’application de leur plan de biosécurité par un organisme tiers. « Toutefois, lorsque les conclusions sont favorables, l’évaluation est renouvelée tous les deux ans », précise l’arrêté.

Les organismes tiers autorisés sont « les organismes à vocation sanitaire, les vétérinaires sanitaires désignés, la chambre d’agriculture, les organismes certificateurs, les organismes professionnels avicoles ou de développement qui utilisent des référentiels listés par le ministre chargé de l’Agriculture ».

Mise à l’abri obligatoire

Cet arrêté entérine également la fin de la dérogation à la claustration pour les élevages de moins de 3 200 volailles. « La mise à l’abri des volailles est ainsi rendue obligatoire en période à risque, selon des modalités adaptées aux différents types d’élevages et aux différentes espèces », indique le ministère de l’Agriculture, dans un communiqué publié le 1er octobre 2021.

« Dans les établissements à finalité commerciale, les volailles et les oiseaux captifs détenus sont mis à l’abri et leur alimentation et leur abreuvement sont protégés, stipule l’arrêté. Dans les établissements à finalité non commerciale, les volailles et oiseaux captifs détenus sont claustrés ou protégés par des filets. »

Vincent Guyot