Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La France va demander à recouvrer un statut ESB à « risque négligeable »

réservé aux abonnés

Négociations avec l’OIE - La France va demander à recouvrer un statut ESB à « risque négligeable »
Le statut à risque négligeable vis-à-vis de l’ESB pourrait être accordé à la France en mai 2022. Photo d’illustration d’identification avant prélèvement ESB en abattoir © Stéphane Leitenberger

L’Organisation internationale de la santé animale (OIE) révise actuellement plusieurs articles du chapitre sur l’encéphalopathie spongiforme bovine (ESB). Ces discussions « pourraient permettre à la France de recouvrer un statut à “risque négligeable” en 2021 », avait indiqué FranceAgriMer lors d’un conseil spécialisé en charge des ruminants en janvier 2020.

Dans une lettre d’informations du 12 mars 2021, Culture Viande, le syndicat français du secteur de l’abattage-découpe, revient sur les négociations en cours à l’OIE au sujet de l’ESB. « Cet été, la France déposera auprès de l’OIE une demande d’obtention du statut à “risque négligeable” vis-à-vis de l’ESB. Il devrait lui être accordé en mai 2022 », rapporte Culture Viande.

Le sujet a été mis sur la table lors de la dernière réunion du comité technique des coproduits animaux de FranceAgriMer. À cette occasion, la Direction générale de l’alimentation (DGAL) a fait le point sur la réglementation relative à la lutte contre l’ESB.

Nouvelles règles de classement

En parallèle, « devront être adoptées les nouvelles règles de classement d’un pays vis-à-vis de l’OIE visant à ne plus rétrograder systématiquement un pays vers un statut à risque contrôlé, dès qu’un cas ESB est découvert », indique Culture Viande.

Pour rappel, la France présente le statut “risque maîtrisé” depuis 2016, faisant suite à un cas isolé décelé dans les Ardennes. Lors du conseil en charge des ruminants de FranceAgriMer du 22 janvier 2020, les professionnels avaient souligné l’impact économique défavorable du statut “risque maîtrisé” actuel, avec une perte estimée à 50 millions d’euros par an, et la nécessité de bénéficier d’un statut plus favorable au plus vite.

Lucie Pouchard
Les conditions propres à chaque statut de risque ESB
© Capture d’écran sur le site internet de l’OIE au sujet de l’ESB
© Capture d’écran sur le site internet de l’OIE au sujet de l’ESB

L’OIE reconnaît officiellement deux catégories de statuts en matière de risque d’ESB. Les critères actuels de reconnaissance et de maintien de ces catégories sont résumés suivant l’infographie ci-dessus.

La liste des statuts des pays membres de l’OIE en matière de risque d’ESB est consultable via ce lien : https://www.oie.int/fr/sante-animale-dans-le-monde/statuts-officiels-des-maladies/esb/statuts-sanitaires-officiels/

Les conditions propres à chaque statut de risque ESB
 -
© Capture d’écran sur le site internet de l’OIE au sujet de l’ESB

L’OIE reconnaît officiellement deux catégories de statuts en matière de risque d’ESB. Les critères actuels de reconnaissance et de maintien de ces catégories sont résumés suivant l’infographie ci-dessus.

La liste des statuts des pays membres de l’OIE en matière de risque d’ESB est consultable via ce lien : https://www.oie.int/fr/sante-animale-dans-le-monde/statuts-officiels-des-maladies/esb/statuts-sanitaires-officiels/

Votre analyse du marché - Bovins de Boucherie

Offre en repli et cours stables

Même si la météo est plus favorable aux grillades, les ventes des pièces à griller patinent avec une fin de mois de juin (5 semaines) compliqué pour les ménages. Les abattoirs ont des stocks pour une activité estivale qui ne démarrera pas avant la mi-juillet.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités


Transmission & Patrimoine : tous les conseils pour passer le relais !