Les industriels laitiers Bel et Lactalis ont annoncé la signature, le 18 mars 2021, d’une promesse unilatérale d’achat concernant « Royal Bel Leerdammer NL, Bel Italia, Bel Deutschland, la marque Leerdammer et tous ses droits attachés, ainsi que Bel Shostka Ukraine. » Si le projet se concrétise, ce périmètre sera transféré de Bel à Lactalis en échange de 1,6 million d’actions Bel actuellement détenues par Lactalis.

L’heure est désormais à la « consultation des instances représentatives du personnel » et à la « négociation des modalités du contrat d’échange ». La finalisation de la vente, « conditionnée à l’obtention des autorisations requises en matière de contrôle des concentrations », est attendue avant la fin de l’été 2021.

Renforcer « l’ancrage européen » de Lactalis

Pour l’acquéreur, Lactalis, cette opération vise à renforcer « l’ancrage européen » du groupe, en particulier aux Pays-Bas, en Italie, en Allemagne et en Ukraine.

Quant à la marque fromagère Leerdammer, « Lactalis a pour ambition de soutenir activement son développement en lui faisant bénéficier de l’envergure internationale du Groupe. Lactalis entend renforcer son portefeuille d’innovations, accroître son territoire de marque, et étendre ses positions géographiques à de nouveaux marchés à fortes perspectives de croissance. »

Davantage de liberté pour Bel

Pour le cédant, Bel, se séparer de la marque fromagère Leerdammer rime avec liberté. La rétrocession de 1,6 million d’actions va permettre à la laiterie de retrouver la pleine propriété d’un quart de son capital. « Nous renforçons notre modèle d’entreprise familiale indépendante, qui nous permet d’inscrire notre vision dans un temps long », souligne Antoine Fievet, P-DG du groupe Bel.

Cette cession d’un périmètre d’activité « s’inscrit dans la continuité de la stratégie du groupe Bel engagée dès 2015 » visant à « élargir ses activités au-delà des produits fromagers pour renforcer sa position d’acteur majeur du snacking sain. » À termes, Bel entend équilibrer son chiffre d’affaires entre « le laitier et le fruitier/végétal ».

Les termes de cette opération de cession assurent également la préservation des positions établies par Bel en Allemagne, en Italie et en Ukraine grâce à l’adaptation de son modèle de distribution sur place, au travers d’accords commerciaux exclusifs noués avec Lactalis pour assurer la distribution effective des autres marques de Bel », précise le communiqué.

Alexandra Courty