« En 2019, les abattages de porcins sont soutenus, s’établissant à 2,2 millions de tec, en hausse de 0,9 % par rapport à 2018, estime Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides mise en ligne le 24 janvier 2020. Le poids moyen des carcasses s’établit à 93,2 kg », soit 0,5 kg de plus qu’en 2018 et 1 kg de plus que la moyenne sur cinq ans.

> À lire aussi : En 2019, un niveau de prix du porc « jamais atteint depuis 1992 » (03/01/2020)

Une activité stable

Un peu plus de 23,5 millions de porcs sont passés sur les chaînes d’abattage françaises. Cette stabilité était déjà de mise en 2018 : +0,2 % en têtes par rapport à 2017 et +0,4 % en tonnage. L’activité, soutenue de septembre à novembre par le dynamisme des exportations, a ralenti en décembre, mois de période festive.

Sur le plan commercial, la demande chinoise a continué de soutenir les exportations de viande porcine en novembre qui augmentent de 9,6 % en volume sur un an, soit 4 700 tec. Si cette hausse est essentiellement tirée par la Chine (+162 %, soit +8 100 tec, hors abats), les ventes vers les Philippines, le Japon et l’Italie ralentissent. En valeur, les exportations bondissent de 43 %.

> À lire aussi : À cause de la peste porcine africaine, le prix du porc a doublé en Chine (09/01/2020)

La balance commerciale se redresse

Pour ce même mois de novembre, les importations de viande porcine se sont fortement contractées : –13,6 %, soit –6 900 tec, notamment en provenance de l’Espagne (–3 900 tec) et de l’Italie (–1 400 tec). Bilan, l’excédent commercial français augmente en volume, atteignant +9 600 tec (+19 300 tec vers les pays tiers). En valeur, le déficit continue de baisser à –8,1 millions d’euros (M€). Vers les pays tiers, le solde est fortement excédentaire (+48,8 M€).

> À lire aussi : Les exportations européennes de viande de porc au sommet en 2022 (06/01/2020)

E.R.