Leonardo DiCaprio était déjà investisseur dans une société produisant des burgers, saucisses et boulettes à base de produits végétaux Beyond Meat. Le 22 septembre 2021, il a annoncé son engagement dans deux nouvelles sociétés de production de viande à partir de cellules animales, Mosa Meat d’une part, et Aleph Farms, de l’autre part. Il n’a pas précisé la somme qu’il mettait à la disposition des deux sociétés.

À lire aussi notre dossier : Les imitations de viande, une menace pour l’élevage (19/02/2020)

« Transformer notre façon de consommer »

« L’un des moyens les plus efficaces de lutter contre la crise climatique est de transformer notre façon de consommer. Mosa Meat et Aleph Farms répondent à la demande mondiale de bœuf, tout en résolvant certains défis liés à la production industrielle de cette viande », a commenté l’acteur dans un communiqué commun aux deux entreprises.

Deux sociétés innovantes

Mosa Meat est une société hollandaise cofondée en 2016 par Mark Post, le premier à avoir présenté au grand public un steak haché « in vitro » conçu à partir de cellules-souches de vache en 2013. L’entreprise, déjà soutenue par d’autres acteurs de la viande artificielle, se donne pour objectif « d’industrialiser la production de viande » par ces techniques.

À lire aussi : « La viande in vitro ne nourrira pas le monde », affirme Jean-François Hoquette (15/02/2018)

Aleph Farms, entreprise israélienne fondée en 2017 par, entre autres, un professeur de l’Institut israélien de technologies, a de son côté présenté au début de l’année 2021 un steak de faux-filet réalisé à partir de cellules de vache vivante.

À lire aussi : Financement, quand la viande cellulaire se cache derrière L214 (16/11/2020)

Des coûts de production élevés

Plusieurs start-ups se sont engouffrées ces dernières années sur le créneau de la viande de culture. Mais les coûts de production restent très élevés et seules les autorités singapouriennes ont pour l’instant accordé leur feu vert à un aliment de ce type.

Sur le même segment de marché, mais avec une technologique complètement différente, la société américaine Beyond Meat, spécialiste des substituts végétaux à la viande, a annoncé une perte nette au premier trimestre de 2021 alors que son chiffre d’affaires progressait de 11 %.

L’arrêt de la restauration collective durant la crise sanitaire liée au Covid-19 aux États-Unis a limité la demande au moment où celle des particuliers se tassait.

> À lire aussi : La start-up vegan Beyond Meat chute à Wall Street (07/05/2021)

Éric Young avec AFP