L’activité des abattoirs de volailles a reculé pour le troisième mois consécutif en avril 2021. Il s’affiche même 10 % en dessous de sa moyenne quinquennale sur la période allant de 2016 à 2020, selon les dernières données diffusées par Agreste, le service de la statistique du ministère de l’Agriculture.

À lire aussi : La « quasi-totalité » du Sud-Ouest indemne d’influenza aviaire (14/06/2021)

Le poulet tire son épingle du jeu

« Depuis février 2021, les abattages chutent sur un an, pour presque toutes les espèces, hormis le poulet, décrit Agreste dans sa note d’Infos rapides diffusée le 7 juin 2021. En avril 2021, toutes espèces confondues, ils reculent de 6,3 % en poids comparativement à avril 2020. »

La chute des volumes de canards gras s’explique par les mesures adoptées pour lutter contre l’épidémie de grippe aviaire dans le Sud-Ouest. La filière du canard à rôtir continue à contraindre sa production dans l’attente du retour du débouché de la restauration commerciale.

À lire aussi : Les professionnels du foie gras entrevoient la sortie de crise (14/06/2021)

Les abattages de dindes et de pintades reculent également fortement sur un an : de 10,1 % et de 26,9 %. « Quant aux abattages de poulets de chair, ils progressent de 1,5 % par rapport au niveau bas d’avril 2020 », observe Agreste.

Les mises en place progressent

Du côté des mises en place, en mars 2021, celles de poulets et de pintades augmentent de 11,1 % et 8,8 %, alors que celles de dindes et de canetons reculent de 9,6 % et 11,4 %. Dans le Sud-Ouest, après les dépeuplements organisés pour des raisons sanitaires, le repeuplement a commencé.

À lire aussi : La production d’œufs a augmenté en mai 2021 (14/06/2021)

Éric Roussel